Photo du président de la République François Hollande rendant visite aux ex-Fralib
5 juin 2015

Ex-Fralib : "c'est l'histoire d'une lutte, d'une volonté, d'un espoir"

Le président de la République a rendu visite aux salariés de l’ex-Fralib, qui ont repris leur entreprise. Respectant son engagement, il n’a cessé de les soutenir. Il les soutiendra encore.
 
Le président de la République a rendu visite, le 4 juin, aux salariés de l’ex-Fralib, qui après 1 336 jours de lutte ont repris leur entreprise sous forme de Scop, renommée Scop-Ti, et lancé leur marque "1 336". Depuis le début, le président de la République a "voulu les soutenir sans jamais leur donner des illusions". Le président de la République avait en effet déjà rendu visite et rencontré les salariés de l’ex-Fralib à plusieurs reprises durant sa campagne présidentielle. Il les avait également reçus à l'Élysée, en août 2012. "Nous vous soutiendrons encore", a-t-il déclaré.

"Vous nous aviez déclaré que vous étiez à nos côtés en tant que candidat et que si vous deveniez président vous le seriez en tant que président de la République. Au cours de ces longs mois de lutte et aujourd'hui encore, vous avez tenu cet engagement", a confirmé le directeur de l’usine, Marc Décugis.

Le thé produit à Géménos sera servi à l’Elysée. "Beaucoup de mes visiteurs veulent du thé, donc ils sauront au moins d'où ca vient", a expliqué François Hollande. L'aventure des ex-Fralib, c’est "l'histoire d'une lutte, d'une volonté, d'un espoir". Le président de la République a ainsi salué devant les salariés "leur esprit de solidarité, de fraternité et de résistance au service de la création de richesse". Cette entreprise "est devenue votre entreprise". "Vous avez obtenu des soutiens mais c'est vous qui avez gagné la partie".

Le modèle des coopératives est en pleine progression :
  • Le développement des Scop a été facilité par la loi sur l’ESS, entrée en vigueur en 2014. Depuis le 1er janvier, un statut de Scop d'amorçage permet aux salariés d'être minoritaires au capital pendant au maximum sept ans, le temps de réunir les fonds pour être majoritaires.
  • En 2014, la barre des 50 000 salariés en coopérative a été franchie pour la première fois. En 2014, 2 800 emplois ont été créés, dont près de 70% dans 277 nouvelles coopératives.