Une enseignante et ses élèves
10 décembre 2015

Éducation nationale : plus de 6 600 postes créés à la rentrée 2016

Dans le premier degré, l’augmentation sera de plus de 3 800 postes alors que le nombre d’élèves va diminuer. Les territoires connaissant des difficultés sociales, qu’ils soient urbains ou ruraux, en seront les premiers bénéficiaires.
 
La répartition académique des 6 639 créations de postes d’enseignants pour la rentrée 2016 va donner aux académies des marges de manœuvre sans précédent au service de la réussite de tous les élèves.

Cet effort sera particulièrement perceptible dans le premier degré, où 3 835 postes vont être créés alors même que le nombre d’élèves va diminuer (- 533). Pour mémoire, à la rentrée dernière, les créations de postes avaient été moins nombreuses (+ 2 511) bien que la démographie progressait (+ 20 318).

À la rentrée 2016, même l’académie de Paris, qui perdra le plus grand nombre d’élèves (- 1 985), ne verra pas son nombre de postes diminuer. Tous les territoires bénéficieront donc de marges de manœuvre exceptionnelles.

Dans le second degré, les 2 804 nouveaux postes vont permettre d’accompagner la hausse démographique et la mise en œuvre de la réforme du collège, qui prévoit la création de 4000 postes sur deux ans.
 
Ces moyens sont répartis entre les académies non seulement en fonction de leur nombre d’élèves, mais aussi, depuis l’an dernier, en tenant compte des 3 priorités du gouvernement :
  1. Le critère social pour renforcer l’accompagnement des élèves les plus fragiles scolairement et socialement, auquel 1 643 postes sont dédiés. L’académie de Créteil, par exemple, va bénéficier de 650 nouveaux postes à la rentrée prochaine, dont 200 lui sont attribués au titre de ce critère social.
  2. Le critère territorial pour mieux prendre en compte les besoins de la ruralité. 120 postes sont attribués au titre des protocoles ruraux déjà conclus ou en préparation, qui permettent de compenser tout ou partie des effets de la démographie par des réorganisations du réseau des écoles, en lien avec les élus locaux.
  3. La priorité au premier degré, prévue par la loi de refondation de l’École, à laquelle 2 027 nouveaux postes sont consacrés. Ces créations de postes vont permettre de faire monter en puissance la scolarisation des moins de trois ans, le " »plus de maîtres que de classes » ou encore le remplacement et la formation continue des enseignants. 
Au total, à la rentrée 2016, l’engagement du président de la République de créer 60 000 postes dans l’éducation, aura donc une traduction sans précédent dans les écoles et établissements scolaires. Cette carte académique permet de poursuivre toujours plus l’ambition d’une école plus exigeante, plus juste et au cœur de la République. Cette répartition académique est la première étape de la préparation de la prochaine rentrée ; en janvier, les postes du premier degré seront répartis au niveau départemental.