résultats du bac
14 février 2018

Éducation : faire du bac un véritable tremplin vers la réussite

Engagement de campagne du Président de la République, la réforme du bac a été présentée, mercredi 14 février, par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale.
 

Le baccalauréat est une grande institution républicaine à laquelle les Français sont attachés. Couronnement des études secondaires, clé d’entrée vers l’enseignement supérieur, le baccalauréat peine à répondre aux attentes placées en lui.

    • Avec 90% de réussite à l’examen mais 60% d’échec en licence, le baccalauréat n’est plus véritablement annonciateur de réussite dans l’enseignement supérieur.
    • En outre, il s’est complexifié au fil des ans et pèse sur l’organisation du lycée.

Pour conforter la place, le sens et l’utilité du baccalauréat et pour mieux préparer aux études supérieures, le Président de la République s’est engagé à transformer l’examen, en le resserrant autour de 4 épreuves terminales et en introduisant une part de contrôle continu.

Ce nouveau baccalauréat interviendra en 2021 et concernera donc les élèves qui entrent en Seconde à la rentrée 2018.

La réforme du baccalauréat

Le baccalauréat 2021 comprendra des épreuves terminales, comptant pour 60% de la note finale.

    • En fin de Première, chaque lycéen présentera comme aujourd’hui une épreuve anticipée de français, écrite et orale
       
    • En Terminale, quatre épreuves finales :
      • deux épreuves écrites de spécialité portant sur les disciplines que le lycéen aura choisi d’approfondir au cours de son parcours ;
      • une épreuve de philosophie : ce choix correspond à une tradition française attachée à la nécessité de conforter l’esprit critique et d’analyse dans la formation des jeunes générations.
      • une épreuve orale finale : d’une durée de 20 minutes, cet oral se déroulera en deux parties :
        => la présentation d’un projet préparé depuis la classe de première et adossé à une ou deux disciplines de spécialité choisies par l’élève.
        => un échange permettant d’évaluer la capacité de l’élève à mobiliser les connaissances acquises au cours de la scolarité notamment en sciences et en histoire-géographie.

Pour valoriser la régularité du travail des lycéens, le baccalauréat 2021 reposera aussi sur une part de contrôle continu qui représentera 40% de la note finale :

    • Pour ce faire, le lycéen passera des épreuves communes dans les différentes disciplines qu’il étudie, sur le modèle des « bacs blancs » actuels (30 % de la note finale).
      => Deux séries d’épreuves seront organisées au cours de l’année de Première, une autre en Terminale, en amont des épreuves finales.
      => Dans un souci d’égalité entre les candidats et les établissements, une « banque nationale de sujets » sera mise en place, les copies anonymisées seront corrigées par d’autres professeurs que ceux de l’élève et une harmonisation des notes sera assurée.
    • Les bulletins scolaires seront pris en compte pour une part limitée (10%) pour valoriser les progrès des élèves au lycée.

Les épreuves de français en Première et de philosophie en Terminale, ainsi que l’oral, auront lieu à la fin du mois de juin pour que toute l’année scolaire soit mise à profit.

    • Les épreuves de spécialité seront passées plus tôt qu’actuellement de manière à pouvoir être prises en compte dans l’orientation vers l’enseignement supérieur.
    • Un dispositif de rattrapage permettra de donner une seconde chance en cas d’échec ponctuel dans l’une ou l’autre des épreuves.

L’organisation du lycée général et technologique comme les programmes d’enseignement vont être adaptés pour préparer à ce nouveau baccalauréat

À la rentrée 2018, la classe de Seconde ne connaîtra pas de changement organisationnel majeur mais des premières évolutions destinées à installer l’état d’esprit du baccalauréat 2021 pour favoriser la maîtrise de la langue et renforcer l’aide à l’orientation.

A partir de la rentrée 2019, le lycéen qui entre en Première pourra, comme aujourd’hui, choisir entre la voie générale ou la voie technologique.

La voie technologique conserve son organisation en séries.

Il n’y aura plus de séries au lycée général mais des parcours choisis par chaque lycéen en fonction de ses goûts et de ses ambitions.

    • Tous les élèves bénéficieront en Première et en Terminale du même socle de connaissances communes (français, philosophie en terminale, histoire géographie, enseignement moral et civique, deux langues, éducation physique et sportive).
      => Un nouvel enseignement pour tous : les humanités numériques et scientifiques (code, intelligence artificielle, bioéthique, grands enjeux environnementaux).
    • Pour approfondir les disciplines qui les intéressent, les lycéens choisiront trois enseignements de spécialité en Première puis deux en Terminale parmi 10 dont deux nouveaux : numérique et sciences informatiques et humanités, littérature et philosophie. Des enseignements facultatifs permettront d’enrichir leur parcours.
    • Pour accompagner tous les lycéens dans leurs choix et la construction de leur parcours, il y aura un temps dédié à l’accompagnement et à l’orientation tout au long du lycée.

Les modalités de mise en œuvre de ces nouveautés vont être à présent définies. L’objectif partagé est de donner à tous les lycéens les meilleures chances de réussite et aux équipes éducatives les conditions optimales pour les y aider.

Ainsi renouvelés, le baccalauréat, l’organisation du lycée et les contenus d’enseignement renforceront la culture commune des lycéens et la compréhension des enjeux contemporains. Ils se prépareront ainsi à réussir dans l’enseignement supérieur et agir dans le monde du XXIe siècle.