29 octobre 2015

Droit opposable à la retraite

Un droit opposable à la retraite est entrée en vigueur le 1er septembre dernier : il n’y aura désormais plus de retard dans le versement des premières pensions de retraite.
 
La solidarité nationale en direction des retraités est une priorité de l’action de ce Gouvernement au quotidien. 
Avec l’entrée en vigueur d’un droit opposable à la retraite depuis le 1er septembre 2015, il n’y aura désormais plus de retard dans le versement des premières pensions de retraite. Dès lors qu’ils auront déposé un dossier complet au moins 4 mois avant la date prévue de leur départ, les futurs retraités du régime général pourront toucher leur dû sans délai. Les premières pensions en découlant devraient donc être versées dès le début de l’année 2016. Pour les travailleurs indépendants et les salariés agricoles, le texte entrera en vigueur au plus tard le 1er janvier 2017. Le Gouvernement a de surcroît annoncé ce mercredi l’instauration pour les pensions de réversion (versées au conjoint survivant) d’un dispositif inspiré de ce droit opposable à la retraite.
Chaque année, environ 750 000 personnes partent en retraite : c’est autant de personnes qui seront à terme sécurisées dans leurs nouveaux revenus. 

Marisol Touraine a également indiqué ce 28 octobre sur I-télé, le recrutement de 150 personnes pour accélérer le versement des retraites. "Il y a eu des dysfonctionnements dans certaines caisses de retraite. J’ai pris des mesures d’urgence pour que des sommes soient débloquées."
 
Depuis 2012, ce gouvernement agit sans relâche pour les retraites, à travers :
  • Le rétablissement de "l’équilibre des comptes de nos caisses de retraite, garantissant à tous les retraités de France […] que leurs pensions seront versées dans la durée", a rappelé Marisol Touraine le 27 octobre ;
  • Pour les retraités les plus modestes, le relèvement du minimum vieillesse à 800 euros pour plus d’un demi-million de retraités, et le versement d’une prime spécifique de 40 euros à tous les retraités dont la pension est inférieure à 1 200 euros (6 millions de retraités en 2015) ;
  • L’augmentation des petites retraites agricoles pour qu’une pension minimale égale à 75% du SMIC soit garantie en 2017 aux exploitants agricoles ayant effectué une carrière complète ;
  • L’aide à l’acquisition de la complémentaire santé portée à 550 euros pour les 250 000 retraités âgés de 60 ans ou plus, touchant moins de 967 euros par mois (soit au-delà du minimum vieillesse) ;
  • Des dispositions dans le PLFSS 2016 sont destinées à faciliter l'accès à une complémentaire santé pour les plus de 65 ans (labellisation des contrats en fonction de leur rapport qualité/prix, sélection par appel d’offre) ;
  • Le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement permettra de mieux prendre en charge la dépendance et de financer les aides techniques (APA).
  • La baisse de l’impôt sur le revenu de 2 milliards d'euros en 2016 ; depuis l'été 2014, 12 millions de foyers fiscaux, dont un nombre important de retraités, auront bénéficié de la baisse de l’impôt sur le revenu.