Photo de militaires du sous-groupement aéromobile déployés dans le cadre de l'opération Sangaris, prise sur le camp M'Poko à Bangui.
16 octobre 2014

Défense

La trajectoire fixée par la loi de programmation militaire sera respectée
 
Le ministère de la Défense poursuit ses réorganisations en 2015, dans le respect de la Loi de programmation militaire 2014-2019. L’armée de terre, la marine comme l’armée de l’air sont concernées. L’objectif : faire participer la Défense au redressement budgétaire de la nation, tout en se concentrant sur les priorités opérationnelles.
  • L’armée de terre doit s’adapter aux nouveaux contrats opérationnels (forces spéciales, cyberdéfense).  Le 1er régiment d’artillerie de marine ainsi que l’état-major de la 1re brigade mécanisée stationnés à Châlons-en-Champagne (Marne) seront dissous en 2015.
  • La marine atteint aujourd’hui un stade de concentration territoriale élevé, principalement autour des 2 grands ports de Brest et Toulon. En 2015, 5 bâtiments seront désarmés et 2 organismes fermeront (Anglet et Strasbourg) pour réduire le maillage territorial de la marine.
  • L’armée de l’air préservera les capacités opérationnelles nécessaires aux missions qui lui sont confiées par le Livre blanc. D’ici 2019, les décisions prises visent un resserrement du dispositif dans une logique de concentration de moyens. La dissolution de la base aérienne de Dijon-Longvic est lancée, avec le transfert du Commandement des forces aériennes vers la base de Bordeaux-Mérignac.
  • S’agissant du cas particulier du Val-de-Grâce, ses activités médicales seront transférées vers deux hôpitaux d’instructions des armées : Percy et Bégin. "Le Val de Grâce est un lieu historique, je veux qu'il devienne lieu de formation de la médecine, de la recherche militaire, et de la mémoire" a expliqué Jean-Yves Le Drian. 
La trajectoire, équilibrée, pragmatique, tournée vers l’avenir, fixée par la LPM sera respectée (31,5  milliards d'euros en 2015).