Photo du Premier ministre en déplacement sur le thème du décrochage scolaire à Lens le 21 novembre 2014 avec Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon.
27 novembre 2014

Décrochage scolaire

50 millions d'euros supplémentaires mobilisés par an
 
Après le lancement du plan d'actions "Tous mobilisés contre le décrochage scolaire" à Lens le 21 novembre, Najat Vallaud-Belkacem a présenté en Conseil des ministres la nouvelle stratégie interministérielle pour prévenir ce décrochage scolaire et donner aux jeunes une nouvelle chance de qualification. Sortir du système scolaire sans qualification expose davantage à la pauvreté et au chômage au moment de l’entrée dans le marché du travail puis tout au long de la vie professionnelle. C’est pour répondre au double enjeu de justice sociale et de compétitivité que le Président de la République a pris l’engagement de diviser par deux, d’ici à 2017, le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire.
Doté dès 2015 de 50 millions d’euros supplémentaires (+ 7%), avec d’ici à 2020 un objectif de 300 millions d’euros, ce plan d’actions comporte trois axes : 
  • mobiliser toutes les forces contre le décrochage ;
  • faire le choix de la prévention ;
  • donner une nouvelle chance de se qualifier.
La priorité est donnée à une meilleure information des jeunes et de leurs familles sur les solutions de formation et d’accompagnement individualisé, à travers la mise en place d’un numéro gratuit (0 800 12 25 00). Afin d’intervenir avant que les jeunes ne perdent confiance en l’école, des formations seront proposées aux enseignants permettant de mieux repérer les signes avant-coureurs du décrochage. Les échanges avec les parents aux moments clefs de l’orientation seront développés. Une "semaine de la persévérance scolaire" sera aménagée chaque année lors de laquelle tous les acteurs (État, collectivités, communauté éducative, associations …) proposeront des actions de remobilisation. De 15 à 18 ans, tout élève qui en manifestera le besoin se verra proposer de devenir "stagiaire de la formation initiale" et pourra ainsi travailler à son projet professionnel dans des conditions adaptées, avec un suivi par la mission de lutte contre le décrochage scolaire. Pour mettre en œuvre le droit au retour en formation, dont les modalités seront fixées par deux décrets actuellement en consultation, des structures innovantes (de type micro-lycées) seront mises en place dans toutes les académies et le compte personnel de formation des jeunes décrocheurs sera doté d’heures complémentaires. Une nouvelle gouvernance interministérielle sera mise en place au niveau national et dans les régions, avec une association étroite des collectivités territoriales.