Photo de Bernard Cazeneuve et son homologue britannique Theresa May à Calais
20 août 2015

Crise des migrants à Calais

Les gouvernements français et britannique renforcent leur coopération.
Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 11 Février 2016
 
Bernard Cazeneuve s'est rendu le 20 août à Calais en compagnie de son homologue britannique, Theresa May. Les deux ministres, après avoir visité le site du tunnel sous la Manche, ont signé un accord portant sur la question des migrants dans la région de Calais et visant à renforcer la coopération entre la France et le Royaume-Uni sur ce sujet. Theresa May a annoncé que la Grande-Bretagne participera à ce plan, axé sur la sécurité à l'entrée du tunnel et la protection des migrants les plus vulnérables, à hauteur de 10 millions d'euros sur deux ans.

Les principaux points de l'accord concernent :
 
  • L'amélioration de la sécurité du tunnel sous la Manche et du port de Calais. "Le Royaume-Uni va apporter des moyens sophistiqués pour sécuriser le site du tunnel et pour renforcer la sécurité  de l’accès au tunnel lui-même", a expliqué Bernard Cazeneuve.
  • Le renforcement de la coopération entre les services de sécurité français et britanniques, afin de de lutter plus efficacement contre les trafics d’immigration illégale.
  • La question de la prise en charge des migrants à Calais. "Face à un problème humanitaire de cette ampleur, nous devons améliorer encore la protection des plus vulnérables – en particulier les femmes et les enfants victimes de la traite – en les mettant à l’abri dans des logements protégés", a déclaré Bernard Cazeneuve.
Depuis un an, les gouvernements français et britanniques agissent de façon résolue pour apporter à Calais une réponse à la hauteur de la crise migratoire. Ainsi :
 
  • L'accueil humanitaire des migrants a été nettement amélioré : une structure d’accueil de jour a été ouverte au terme d’un dialogue fructueux entre l’État, la mairie de Calais,  les associations et le prestataire"La Vie active", qui en assurent le fonctionnement quotidien. L’Union européenne a également contribué et subventionné les deux tiers du projet. Le centre Jules Ferry peut ainsi servir actuellement en moyenne 2 000 repas par jour et permet aux migrants d’accéder à des sanitaires, à des douches et à des prises électriques. Un centre d’hébergement d’une centaine de places pour les femmes et enfants a également été créé pour mettre à l’abri ces publics très vulnérables.
     
  • Un dispositif a été mis en place pour que les migrants relevant de l’asile puissent le demander aussi en France. A ce jour, plus de 900 migrants ont ainsi demandé la protection en France et ont pu quitter Calais dans de bonnes conditions.
     
  • La France a fait cette semaine appel à la Commission européenne afin qu’elle contribue financièrement à la création de places d’hébergement pour les migrants qui s’engagent dans cette démarche, ainsi qu’à l’aménagement du campement de la Lande. Le commissaire Avramopoulos a fait savoir que cette demande serait examinée très soigneusement.
     
  • Enfin, les services préfectoraux et les forces de l’ordre sont engagés avec détermination dans la lutte contre les filières d’immigration clandestine. Au cours des sept premiers mois de l’année, ce sont ainsi 19 filières opérant vers le Royaume-Uni qui ont été démantelées, contre 14 sur l’ensemble de l’année 2014. Pas moins de 514 trafiquants ont ainsi été interpellés depuis le mois de janvier, soit 18 % de plus que l’an passé au cours de la même période.
Parallèlement, les autorités françaises et britanniques ont agi de façon conjointe pour renforcer le dispositif de sécurité existant à Calais. Le gouvernement britannique a fortement contribué à la sécurisation du port à Calais, à travers un fonds conjoint qu’il a financé à hauteur de 15 millions d’euros, puis à la sécurisation du site d’Eurotunnel et de sa périphérie. De son côté, le gouvernement français a considérablement renforcé la présence policière sur place. Aujourd’hui, ce sont 1300 policiers et gendarmes qui sont mobilisés sur le site de Calais, dont 500 ont été envoyés en renfort par ce gouvernement. Grâce à leurs efforts, les intrusions dans le tunnel ont diminué drastiquement ces vingt derniers jours. Depuis la fin du mois de juillet, le nombre quotidien de ces tentatives a même été diminué par dix.

Manuel Valls se rendra à Calais le 31 août avec les commissaires européens Dimitris Avramopoulos et Frans Timmermans. Bernard Cazeneuve accompagnera le Premier ministre.