Photo de Ségolène Royal au cours de la réunion sur le barrage de Sivens le 4 novembre 2014.
5 novembre 2014

Concertation sur Sivens

Être au clair sur les solutions alternatives d’ici la fin de l’année
 
Ségolène Royal a réuni mardi 4 novembre une réunion sur le projet de barrage de Sivens, rassemblant le maître d'ouvrage, les représentants de l'Etat, les administrations et les experts, ainsi que les représentants des agriculteurs et les ONG environnementales. Cette concertation est "la bonne méthode" estime le président de la République : chacun a voulu être ensemble autour de la table, c’est la marque d’une volonté d’avancer, de surmonter des oppositions frontales, de rechercher ensemble une solution. L'échange a été extrêmement franc, chacun a pu dire ce qu’il avait sur le cœur, les fils du dialogue ont été renoués, et plus rapidement que prévu, estime la ministre de l'Ecologie pour laquelle il convient désormais d’évacuer le terrain occupé. "Il y aura une solution, il y aura un ouvrage qui sera fait. Il n’a jamais été question de ne rien faire. Chacun a exprimé la nécessité de dégager une solution pérenne et durable pour répondre au besoin de ressource en eau." Le point de convergence,  c’est la volonté de chacun de participer à un projet de territoire, de voir collectivement quel est l’équilibre de ce territoire, les besoins des agriculteurs, le besoin en eau, qu’est-ce que ça implique en terme de développement local. Les propositions des experts vont continuer à être examinées : "nous allons entrer dans le détail des différentes hypothèses du rapport d’expertise". Trois experts du ministère de l’Ecologie se rendront sur place dès la fin de la semaine prochaine. Il faut qu’on puisse être au clair sur les solutions alternatives d’ici la fin de l’année, c’est-à-dire soit l’aménagement du barrage tel qu’il est, soit un ouvrage alternatif de retenue de substitution plus en aval de la rivière, pour que le choix se fasse et que les travaux reprennent rapidement dans le cadre du projet de territoire défini.