Des commerces à Nantes
1 mars 2017

"Cœur de ville", un portail pour revitaliser l’économie des centres-villes

A l’occasion des Assises pour la revitalisation économique et commerciale des centres-villes, le Gouvernement a annoncé plusieurs mesures afin de lutter contre la vacance commerciale, qui concerne un local sur dix dans les villes françaises.
Contenu publié sous le Gouvernement Cazeneuve du 06 Décembre 2016 au 14 Mai 2017
 
Martine Pinville, secrétaire d’Etat au Commerce, à l’Artisanat, à la Consommation et à l’Economie sociale et solidaire, en collaboration avec la direction générale des Entreprises (DGE), la Commission de concertation du commerce (CCC) et l’Association des maires de France (AMF) a participé, le 28 février 2017, aux Assises pour la revitalisation économique et commerciale des centres-villes.
 
A l’issue de ces assises, plusieurs mesures ont été annoncées pour lutter contre la vacance commerciale :
 
  • Un portail internet baptisé "Cœur de ville" a été lancé pour coordonner les actions en faveur de la revitalisation de ces centres-villes. Il permet de recenser les informations et les actions pour pallier le manque d'information et de coordination des acteurs du commerce et de la ville, qui constitue une des lacunes mises en lumière à l’automne dernier par l'Inspection général des finances (IGF). 
  • 1 million d’euros du Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (FISAC) seront dédiés à un appel à projet pour soutenir les opérations expérimentales et innovantes de revitalisation commerciale. 
  • Un courrier sera envoyé aux préfets pour les inviter à la plus grande vigilance sur le fonctionnement des CDAC (Commission départementale d'aménagement commercial) et les enjeux de l’équilibre du commerce. 
Enfin, parce que le commerce n'est pas qu'une affaire de commerçants, la politique de revitalisation des centres-villes passe également par :
 
  • la réhabilitation du patrimoine ;
  • la construction de nouveaux logements et la mise en place de nouveaux services ;
  • des politiques fiscales incitatives ou un urbanisme mettant davantage en avant les équilibres entre commerces de centre-ville et zones d'activités commerciales de périphérie. 
"La dévitalisation commerciale n'est pas une fatalité" a plaidé Martine Pinville. "Le combat pour revitaliser les cœurs de ville passe avant tout par notre capacité à travailler ensemble."