Enfants à l'école maternelel
14 avril 2016

Campagne d’information pour accélérer la scolarisation des moins de 3 ans

La scolarisation des enfants dès 2 ans progresse dans l'ensemble des réseaux d'éducation prioritaire (REP). Pour accélérer le mouvement à la rentrée 2016, une campagne d’information destinée aux familles vient d'être lancée et les CAF sont mobilisées.
 
La scolarisation des enfants avant 3 ans, un des piliers de la refondation de l’École de la République, a été identifiée comme un puissant levier de la réussite des élèves. Les études nous démontrent en effet que la scolarisation précoce est gage à la fois d’une meilleure acquisition du langage, d’une meilleure sociabilité pour les enfants et d’un meilleur développement psychomoteur, notamment lorsqu’ils viennent de milieux sociaux défavorisés.

L'objectif  de scolariser progressivement 30% des enfants de moins de 3 ans, en priorité dans les secteurs de l'éducation prioritaire, les secteurs ruraux isolés et les régions d'Outre-Mer a été porté à 50% d'entre eux en REP+ (réseaux d’éducation prioritaire renforcés) lors du comité interministériel Égalité et citoyenneté du 6 mars 2015. Ces trois dernières années, ce sont plus de 1 100 classes spécifiques ouvertes à l'accueil des moins de 3 ans, soit près de 25 000 places qui ont déjà été créées, dans les réseaux d'éducation prioritaire.

La scolarisation des tout-petits a redémarré en 2013 en éducation prioritaire. Dans les nouveaux réseaux (REP et REP+), 19,3% des enfants de deux ans étaient scolarisés à la rentrée 2015, soit un taux deux fois plus important qu’hors éducation prioritaire (9,8 %). Ce taux atteint 22,2% en REP+.

Ainsi, pour atteindre l'objectif de 30% d'enfants scolarisés dès 2 ans dans les secteurs REP en septembre 2016, les Caisses d’allocation familiale, acteurs les plus en prise avec les familles, mais aussi les associations sociales, familiales, d’éducation populaire,sont mobilisées pour aller à la rencontre des familles, avec une campagne d’information déclinée en plusieurs langues.

Les CAF seront informées des disponibilités dans les écoles par les directeurs académiques de l’Éducation nationale, et contacteront à leur tour les familles avec des enfants de moins de trois ans, pour les informer de la possibilité de les préscolariser.

Les partenaires en lien direct avec les familles concernées pourront les sensibiliser à l’opportunité et à l’intérêt de la scolarisation précoce. En fonction du contexte local il s’agira des services de Protection maternelle et infantile (PMI), des centres communaux d’action sociale, des lieux d’accueil enfant parent, des centres sociaux, des ludothèques, des bibliothèques du territoire et des associations familiales, ainsi que d’autres associations du champ de l’enfance ou de la politique de la ville.

La pré-scolarisation suppose aussi des investissements de la part des mairies pour accueillir ces très jeunes enfants dans des locaux adaptés, par exemple à la sieste, ainsi que l’embauche d’Atsem (agents territoriaux qui aident les instituteurs dans les classes). L’État va financer aux côtés d’un certain nombre de communes en difficulté financière de nouveaux équipements pour accueillir plus facilement des classes de très petite section.