13 septembre 2016

#Alstom : le Gouvernement mobilisé pour le maintien des activités ferroviaires à Belfort

Le Gouvernement va travailler avec les élus, les organisations syndicales, la direction d’Alstom et l’ensemble des grands clients en France afin d’assurer le plan de charge qui permettra de sauver les activités ferroviaires d’Alstom à Belfort.
 
Le président de la République a réuni, lundi 12 septembre 2016, le Premier ministre et les ministres concernés par le dossier du transfert de la production de locomotives électriques d’Alstom, du site de Belfort vers le site de Reichshoffen. Ce transfert a été annoncé par Alstom sans concertation préalable avec l’État, les salariés et les élus de la région. Le président de la République a fixé un objectif : faire en sorte qu’à Belfort les activités ferroviaires d’Alstom soient maintenues durablement.

Pour tenir cet objectif, le Gouvernement va travailler avec les élus, les organisations syndicales, la direction d’Alstom et l’ensemble de ceux en capacité de passer des commandes en France afin d’assurer le plan de charge qui permettra de sauver les activités ferroviaires d’Alstom à Belfort. Ce maintien de l'activité sur ce site spécialisé dans la fabrication de motrices passera probablement aussi par une diversification des activités.
 
"Il faut se mobiliser aussi pour défendre notre industrie"
, a rappelé le président de la République le 12 septembre. "Quand il y a de grandes filières qui doivent être soutenues, nous devons nous engager pour qu'il y ait plus de commandes qui soient apportées", dans le respect des règles de concurrence. Il s’agit de trouver les moyens, avec l’ensemble des parties prenantes, de garantir l’emploi sur le site de Belfort.

Le secrétaire d’État à l’Industrie, Christophe Sirugue, a ainsi reçu lundi 12 septembre en fin d’après-midi les élus du territoire de Belfort. Il leur a confirmé la mobilisation du Gouvernement et a réaffirmé sa volonté de travailler avec l’ensemble des parties prenantes pour maintenir l’activité ferroviaire du site de Belfort. Cette réunion de travail s’inscrit dans une démarche de concertation et de mobilisation collective, qui se poursuit mardi 13 septembre par une réunion avec les organisations syndicales.
 
Pour rappel, l’État n’a pas attendu cette annonce pour s’engager activement en faveur de la filière ferroviaire française : dans le cadre du renouvellement sans précédent des trains Intercités engagé par le Gouvernement, 34 rames ont été commandées, pour un montant de 517 millions d'euros. Elles seront livrées à partir de la fin de l’année. Une nouvelle commande d’au moins 30 rames aura lieu, selon les modalités qui seront précisées à l’issue de la concertation actuellement menée avec les régions, le 15 octobre prochain. "Notre intérêt commun, à la SNCF, à la RATP, aux régions, est de maintenir une filière ferroviaire forte" en France, a déclaré Christophe Sirugue.