Photo de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense
12 mars 2015

Agenda Défense 2015

Les priorités stratégiques de la Défense pour l’année 2015.
 
Jamais dans son histoire récente, la France n’a connu une telle connexion entre les menaces directes sur son sol et celles à l’extérieur de ses frontières. Pour faire face à celles-ci, les moyens de l’Etat mobilisés dans le cadre de l’opération Sentinelle, qui permet de protéger 682 sites en France métropolitaine et en outre-mer, seront maintenus "au moins jusqu’au début de l’été", a expliqué le ministre de la Défense. Ce dispositif sera réévalué à cette date. Le Président de la République a décidé de maintenir à hauteur de 10 000 militaires l’engagement des armées sur le territoire national, en raison de la menace élevée d’attaque terroriste. 7 000 d’entre eux sont déployés dans la durée, principalement pour la surveillance et la protection de 604 sites à caractère confessionnel particulièrement menacés. Les 3 000 autres interviennent dans le cadre du dispositif Vigipirate (78 sites touristiques, gares, aéroports) et pour le soutien à ces missions. Le 11 mars, Jean-Yves Le Drian a présenté l'agenda stratégique 2015 pour la Défense.
Concernant l’actualisation de la loi de programmation militaire (LPM) prévue pour l’année 2015, Jean-Yves Le Drian a pointé "la nécessité de la réévaluer" au regard des attentats de janvier et de l’ampleur des défis terroristes :
  • Il faut revoir d’abord "la trajectoire des effectifs" pour "prendre en compte le très haut niveau d’engagement de nos armées". Il s’agit d’un nouveau contrat opérationnel, qui comprendra "une moindre déflation globale des effectifs d’ici 2019, au-delà de la diminution de 7 500 postes annoncée par le chef de l’Etat" en janvier.
  • Il faut accentuer des priorités fixées en 2013 : forces spéciales, cyberdéfense, moyens de renseignement, drones de surveillance.
  • Il faut "lever les hypothèques de 2013 concernant les équipements majeurs de nos forces et conforter notre politique industrielle" en remportant "d’autres contrats" à l’image de la vente des Rafale en Egypte.
  • Il faut un "renforcement de la citoyenneté des militaires". L’actualisation de la LPM avancera sur le droit des militaires à constituer des associations professionnelles, sans pour autant "autoriser la mise en place de syndicats au sein des armées". A l’issue d’un prochain comité ministériel, un projet de texte sera proposé.
  • Il faut "crédibiliser et sanctuariser les ressources financières nécessaire à la LPM. Depuis 2012 le budget de la Défense a été sanctuarisé et, depuis, respecté année après année".
Aussi, s’agissant du financement en équipement militaire des armées françaises, avec "la loi pour la croissance et l'activité levant les derniers obstacles juridiques", les sociétés de projet "seront créées à la promulgation de la loi, cet été", a expliqué Jean-Yves le Drian.
  • "Le budget 2015 reposant sur plus de 2 Md€ de ressources exceptionnelles, nous travaillons activement, avec Emmanuel Macron, à la mise en œuvre de ces sociétés de projet, qui permettront d'atteindre ce montant".
  • Ces sociétés de projets permettront d’acheter certains matériels militaires pour les relouer ensuite aux armées. Elles "se limiteront pour 2015 à deux types de matériels, à savoir 3 (frégates) FREMM et 4 A400M".
  • "Le schéma pour les années suivantes sera nettement plus élaboré et intègrera du service et des capitaux privés, nous y travaillerons mais ce sera un deuxième temps".
S’agissant des opérations extérieures, on "va légèrement augmenter notre chiffre sur Barkhane (3 000 hommes aujourd’hui), on le diminue sur Sangaris, pour nous donner des moyens d'accompagnement sur les tensions autour du lac Tchad" :
  • "Nous n'avons pas la volonté d'intervenir dans le combat" contre Boko Haram, "mais nous sommes dans le soutien" logistique et en renseignement.
  • L’opération Sangaris "se désengagera progressivement de la Centrafrique, vers le format de 800 soldats" dans le courant du 2nd semestre 2015.
  • En juillet 2015, "la base de Madama au Niger sera pleinement opérationnelle pour endiguer la menace terroriste au nord de ce pays" venant de la Libye. Jean-Yves Le Drian a rappelé qu’il alerte depuis septembre 2014 sur la menace libyenne : "ce pays devient le creuset des terrorismes. Nos craintes sont confirmées par les faits".
Enfin s’agissant du bilan export d’armement de 2014, il s’agit "d’un nouveau record", avec un montant supérieur à 8 Md€. Depuis 2012, "le montant des prises de commandes a doublé. J'ai toutes les raisons de penser que nous allons poursuivre sur cette lancée en 2015".