21 décembre 2015

Accord de Paris, lutte contre le terrorisme : les conclusions du dernier Conseil européen

Le dernier conseil européen de l’année 2015, à Bruxelles, a abordé plusieurs thèmes pour faire avancer l’Europe : l’avancement de l’union économique et monétaire, le développement des énergies renouvelables après l’Accord de Paris, les mesures de lutte contre le terrorisme et l’intervention militaire en Syrie.
 
 Une politique monétaire cohérente pour les pays de l’Union
"Nous voulons que […] la politique monétaire qui est décidée par la Banque [centrale] puisse être cohérente avec les politiques budgétaires […] que chacun des pays mène dans le respect du pacte de stabilité et les actions de l'Europe dans le cadre du plan Juncker", a déclaré François Hollande.
Cela permettra :
  • D’appréhender "un ralentissement des économies émergentes […] qui doit être […] pris en compte pour appuyer nos propres possibilités de croissance."
  • De prévoir "des évolutions qui viennent des cours des matières premières et notamment du prix du pétrole, et avec une inflation qui est particulièrement basse et qui justifie donc, des politiques de soutien à l'activité dans les limites posées par le pacte de stabilité."
 L’Europe doit proposer un plan de développement des énergies renouvelables
  • L’Accord de Paris pour lutter contre le changement climatique doit permettre, pour François Hollande, d’aller plus loin et à la "Commission [de] faire des propositions sur le renouvelable, l'efficacité énergétique et la recherche".
 Intensifier les mesures de sécurité pour prévenir les actes terroristes
  • Le PNR doit être mis en œuvre très vite, et c'est ce que le Conseil européen a une nouvelle fois décidé. "Il ne s'agit pas simplement de proclamer, il ne s'agit pas simplement de décider, il s'agit de mettre en œuvre", a insisté François Hollande.
  • Le Conseil européen a également décidé l’instauration des contrôles systématiques à toutes les frontières extérieures de Schengen pour les ressortissants qui entrent dans cet espace, ce qui nous permettra de vérifier les entrées et les sorties du territoire, et de pouvoir identifier les personnes notamment mes combattants étrangers, soit qui veulent rejoindre les zones de la Syrie et de l'Irak, soit qui en reviennent.
  • S’agissant de la lutte contre le trafic d’armes, la France souhaite qu’elle soit "menée avec encore plus de coordination et donc plus d’ambition".
  • S’agissant de la lutte contre le financement du terrorisme, "l'Europe doit se donner les moyens d'agir, d’échanger les informations et de se mettre aussi en mouvement dans le cadre de ce qui vient d'être décidé à New York". 
Des opérations militaires contre Daech en Syrie
  • "Nous devons aussi mener des opérations militaires", a déclaré François Hollande. Au titre de l’article 42-7 du traité de l’Union, "un mois après les attentats de Paris, les pays européens ont répondu […] pour nous permettre d'avoir, sur le plan militaire, la riposte et la réponse qui sont nécessaires". "Nous unissons nos forces contre Daech, et aussi nous veillons à ce que les trafics que Daech peut organiser, trafics de pétrole, trafics d'œuvres d’art, là aussi, puissent être annihilés."