Photo de François Rebsamen à l'Assemblée nationale
21 mai 2015

Accompagnement et contrôle des demandeurs d'emploi

Loin des fantasmes que l’expression de "contrôle des chômeurs" provoque, les nouvelles dispositions annoncées par Pôle Emploi permettront d’assurer un meilleur accompagnement des chômeurs.
 
Les nouvelles dispositions annoncées le 20 mai par Pôle Emploi permettront d’assurer un meilleur accompagnement des chômeurs, loin des fantasmes que l’expression de "contrôle des chômeurs" provoque.

Le contrôle des recherches d’emploi, c’est d’abord la loi : il s’agit d’une disposition du code du travail.
  • Les équipes de contrôle, si elles peuvent prendre des sanctions, ont comme objectif principal d’identifier les demandeurs d’emploi en difficulté.
  • Les contrôles permettront de savoir ce qui peut amener un demandeur d’emploi à cesser sa recherche : insuffisance d’accompagnement, formation proposée inadaptée.
  • Par ailleurs, l’expérimentation menée dans trois régions a donné d’excellents résultats. Les demandeurs d’emploi ont apprécié ce suivi accru.
L’objectif n’est en aucun cas de stigmatiser les demandeurs d’emploi. "Ce n'est pas un flicage de la société", a réagi François Rebsamen :
  • Ce contrôle des demandeurs d’emploi est un moyen d’améliorer le suivi : ils subissent, dans leur très grande majorité, une situation de détresse sociale dont ils ne sont pas responsables.
  • Ce Gouvernement mène une politique pragmatique et efficace, pour aider les demandeurs d’emploi, a contrario de ceux qui voient les demandeurs d’emploi comme des fainéants : il s’agit d’œuvrer pour le respect des droits et des devoirs des demandeurs d’emplois, sans stigmatiser la fraude tout à fait minime (nombre faible de radiations).
     
Le dispositif "n'a pas vocation à modifier les chiffres du chômage" :
  • Il n’y a aucun objectif en termes de nombres de contrôles ou de radiations. Le Gouvernement ne mène pas une politique du chiffre.
  • Avec ce contrôle, il n’est pas non plus question de faire baisser le chômage de façon administrative. D’ailleurs, un demandeur d’emploi radié peut être réintégré au bout de 15 jours. Ces contrôles n’auront pas d’impact sur les chiffres du chômage.