Photo historique de Simone Veil à la tribune de l'Assemblée nationale le 26 novembre 1974.
26 novembre 2014

40 ans de la loi Veil

L'IVG, un droit fondamental à célébrer et réaffirmer
 
Loi de libération et d’émancipation pour les femmes, la loi Veil légalisant l'interruption volontaire de grossesse a représenté une étape absolument fondamentale. Il y a une phrase de Simone Veil qui mérite d’être rappelée :  "Les grands débats qui ont divisé un moment les Français apparaissent avec le recul du temps comme une étape nécessaire à la formation d'un nouveau consensus social, qui s'inscrit dans la tradition de tolérance et de mesure de notre pays."
Depuis 2012, le Gouvernement a pris plusieurs mesures pour protéger et renforcer ce droit des femmes à disposer de leur corps :
  1. Rembourser à 100% de l’IVG par la Sécurité sociale et revaloriser l’acte auprès des professionnels de santé et des établissements.
  2. Lancer un site d'informations www.ivg.gouv.fr pour contrer les informations mensongères anti-IVG sur le web.
  3. Conforter le lien entre l'Etat et le Planning familial par une convention pluriannuelle de financement conclue en 2013.
  4. Clarifier, par la loi du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, le champ du délit d'entrave à l'IVG. L’extension du délit d’entrave permettra de sanctionner ceux qui tentent d’empêcher de s’informer sur l’IVG et toute tentative de blocage des centres d’interruption volontaire de grossesse.
  5. Enfin, la loi du 4 août 2014 a supprimé la notion de "détresse" dans le cadre d’une demande d’IVG.
A la mi-janvier 2015, à l'occasion du 40ème anniversaire de la promulgation de la loi Veil, Marisol Touraine présentera un programme d’actions d’envergure nationale pour améliorer encore l’accès à l’IVG sur l’ensemble du territoire.