Manuel Valls lors du 3ème Comité interministériel de la jeunesse
6 juillet 2015

3e Comité interministériel de la jeunesse

De nouvelles politiques pour les jeunes, inspirées par les débats avec les jeunes.
 
Depuis 3 ans, la jeunesse est au centre des priorités du Gouvernement. "Nous avons un bilan considérable", a souligné Manuel Valls le 3 juillet. Beaucoup a été fait pour que les jeunes puissent à la fois se former, travailler, s’engager, s’épanouir et vivre dans de bonnes conditions : nouveaux échelons de bourses étudiantes, plan pour les logements étudiants, développement du Service civique, les Emplois d’avenir, la Garantie jeunes, accès pour 1 million de jeunes à la future Prime d’activité, droit au retour à la formation jusqu’à 25 ans, Grande École du Numérique qui se met en place

"Il reste beaucoup à faire" cependant. Le Comité interministériel de la jeunesse, réuni par le Premier ministre le 3 juillet à Besançon, marque une étape supplémentaire dans la mise en œuvre de cette priorité :
  • Faciliter l’obtention d’un logement pour les jeunes. La part des petits logements dans le parc des logements sociaux sera augmentée pour répondre aux besoins des jeunes. Le futur cautionnement solidaire pour les  jeunes salariés ("VISALE") financée par Action Logement, permettra début 2016 aux jeunes actifs de moins de 30 ans de louer plus simplement un appartement, dans le prolongement du dispositif "CLE" pour les étudiants.
  • Rendre plus lisible l’information sur les droits dont peuvent bénéficier les jeunes. Avec la Boussole des droits, les jeunes sauront précisément, grâce à un simulateur personnalisé sur internet, à quels droits ils peuvent prétendre (logement, santé, emploi). Un portail de la vie étudiante permettra de simplifier les démarches administratives.
  • Favoriser la suspension des études pour s’engager ou partir à l’étranger. L’instauration d’une année de césure permettra aux étudiants de vivre cette expérience sans être pénalisés dans leurs cursus ni perdre leurs droits. Pour accompagner cette mobilité étudiante, une carte d'étudiant européenne sera mise en place pour faire valoir ses droits dans les pays de l'Union européenne et un portail unique de la mobilité internationale plus lisible et accessible sera développé dès la rentrée.
  • Favoriser la participation citoyenne de la jeunesse. Une partie de l’abstention des jeunes et des étudiants s’explique par leur mobilité : n’étant souvent pas inscrits sur les listes électorales de la ville où ils étudient, la démarche du vote peut s’avérer complexe. Aussi, le Gouvernement entend réformer les listes électorales permettant une inscription jusqu’à fin septembre 2015 pour voter au scrutin régional. Enfin, sera étudié la possibilité de voter au second tour d'une élection pour les jeunes devenant majeurs entre deux tours de scrutin.
  • Améliorer les conditions d’accès aux soins. Le tiers payant généralisé en 2017, l’extension de la CMU-C et la réforme de l’accès à la complémentaire santé du 1er juillet 2015, permettra aux nombreux jeunes qui renoncent à se soigner pour des raisons financières  de consulter et de se soigner.