Collégiens dans la cour

Le collège 2016 : faire réussir tous les élèves

Mis à jour le 26 août 2016 - Projet porté par Najat Vallaud-Belkacem
Le collège de 2016 devra mieux enseigner les savoirs fondamentaux, former à d'autres compétences et avoir un fonctionnement quotidien assoupli pour s’adapter à la diversité des besoins des élèves. La réforme du collège concerne simultanément les programmes, les pratiques d'enseignement et l’organisation pédagogique.
Refondation de l'écolejuillet 2012Lancement de la concertation pour la refondation de l'École
Conseil des ministresjanvier 2013Présentation en Conseil des ministres du projet de loi de refondation de l'École, qui prévoit de "repenser le collège unique".
Loi 8 juillet 2013Promulgation de la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École.
Réforme des collèges11 mars 2015Présentation en Conseil des ministres du projet de réforme des collèges.
CSE10 avril 2015Adoption par le Conseil supérieur de l'éducation, à une large majorité, du décret et de l'arrêté qui définissent les grands principes de la réforme du collège.
Décret20 mai 2015Le collège évolue en 2016 pour permettre à tous les élèves de mieux apprendre pour mieux réussir. Le décret n°2015-544 et l'arrêté du 19 mai 2015 relatifs aux enseignements au collège, parus au Journal officiel du 20 mai 2015, sont publiés au Bulletin officiel du 28 mai 2015. Ils définissent les grands principes de la réforme du collège.
Mixitéseptembre 2015La création de secteurs multi-collèges a été mise à l’étude pour soutenir la mixité sociale au collège, tant sont importants ses effets en termes de cohésion sociale ou de résultats scolaires. Cette démarche s’appuiera sur des initiatives locales, avec des territoires pilotes et des indicateurs pour trouver les meilleures solutions possibles.
Parcours d'excellence18 janvier 2016Najat Vallaud-Belakacem a annoncé pour la rentrée 2016 la mise en place des parcours d'excellence pour les collégiens de REP+ de la 3e jusqu'à la terminale. A cette occasion, elle a également nommé Pierre Mathiot, délégué ministériel à ces parcours.
Langues 22 janvier La stratégie langues vivantes, qui entrera en vigueur à la rentrée 2016 propose une offre linguistique diversifiée. Plus de 5 500 écoles élémentaires dispenseront un enseignement de langue vivante autre que l’anglais. Un effort exceptionnel est fait en faveur de l'allemand avec 1 000 écoles primaires et 700 collèges supplémentaires qui l'enseigneront en LV2.
Mixité16 mars 2016Najat Vallaud Belkacem a présenté une communication relative au développement de la mixité sociale au collège, à partir de l’engagement volontaire de 21 départements.
Sécurité24 août 2016Une semaine avant la rentrée scolaire, le 1er septembre prochain, Najat-Vallaud Belkacem, Bernard Cazeneuve et Stéphane Le Foll ont détaillé les mesures prises pour garantir un haut niveau de sécurité aux élèves et personnels des écoles, collèges et lycées.

Le contexte

L'École, lieu de transmission des savoirs, est également celui de la lutte contre les inégalités. La réforme du collège participe de cette lutte. En effet, les évaluations nationales et internationales sont sans appel : le collège est le maillon faible de la scolarité des élèves français. En 10 ans, ils ont régressé en français, en mathématiques, en histoire. La réforme du collège est par conséquent un véritable enjeu pour notre système éducatif.

La réforme du collège, qui entrera en vigueur à la rentrée 2016, accorde une marge d'autonomie accrue aux établissements pour mieux répondre aux besoins de leurs élèves. Les équipes pédagogiques disposeront d'une plus grande marge de manoeuvre pour l'organisation de l'accompagnement personnalisé et des enseignements pratiques interdisciplinaires.

De quoi s'agit-il ?

#SécuritéEcole

Sécurité dans les établissements scolaires : anticiper, sécuriser, savoir réagir

Une semaine avant la rentrée scolaire, le 1er septembre prochain, Najat-Vallaud Belkacem, Bernard Cazeneuve et Stéphane Le Foll on... [Lire la suite]
mercredi 24 août 2016

 

#Collège2016 : mieux apprendre pour mieux réussir

Je veux que le collège permette à tous les élèves de mieux apprendre pour mieux réussir, en maîtrisant les savoirs fondamentaux et en développant les compétences du monde actuel.
Najat Vallaud-Belkacem

La réforme du collège concerne simultanément les programmes, les pratiques d'enseignement et l’organisation pédagogique. La loi du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République prévoit que le collège unique soit repensé.

Le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) a adopté, le 10 avril 2015, à une large majorité (51 pour, 25 contre, 1 abstention), la réforme du collège. Avec ce vote, la refondation de l’école engagée depuis 2012 franchit une nouvelle étape importante.

  Cette réforme est porteuse d’un impératif : assurer un même niveau d’exigence pour que tous les élèves acquièrent le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, par une priorité centrale donnée à la maîtrise des savoirs fondamentaux.

La réforme s’attache à résoudre point par point les difficultés avec :
 
  • des nouvelles pratiques pédagogiques (enseignements pratiques interdisciplinaires), pour que les élèves s’approprient mieux les connaissances ;
     
    4 000
    c'est le nombre de postes créés pour faciliter le travail en petits groupes.
  • les spécificités de chaque élève seront prises en compte pour permettre à chacun de réussir, à travers un accompagnement personnalisé de 3 h en 6e, et d’au moins 1 h en 5e, 4e, 3e. 4 000 postes seront créés afin de permettre ce travail en petits groupes. Au total, les enseignements pratiques, l’accompagnement personnalisé et les petits groupes représenteront 20% du temps des enseignants ; pour l’apprentissage des élèves, ils représenteront 4 à 5 heures chaque semaine ;
     
    20%
    du temps consacré aux nouvelles modalités d'enseignement en fonction des besoins des élèves.
  • des heures pour le travail en groupes à effectifs réduits et des interventions conjointes de plusieurs enseignants sont également garanties  par la réforme.

Par ailleurs,  la réforme donne de nouvelles compétences aux collégiens avec notamment :
 
  • l'apprentissage des langues vivantes renforcé avec l’enseignement de la LV1 dès le CP et de la LV2 dès la 5e. Au total, ce sont 54 heures supplémentaires qui sont consacrées à la LV2 sur l’ensemble de la scolarité au collège.
    +25%
    d'enseignement de la LV2 pour chaque élève au collège.
    Le 22 janvier 2016, la ministre a dévoilé sa stratégie des langues vivantes en présentant la future carte académique et les nouveaux programmes d’enseignement des langues vivantes, qui entreront en vigueur à la rentrée prochaine. La nouveauté est une offre linguistique diversifiée avec plus de 5 500 écoles élémentaires qui dispenseront un enseignement de langue vivante autre que l’anglais.



Un effort exceptionnel est fait en faveur de l'allemand avec plus de 3 800 écoles élémentaires (+1 000 écoles) qui l'enseigneront et près de 4 700 collèges (+700 collèges) qui proposeront l’allemand en LV2 à la rentrée 2016.
 
L’ouverture de 541 postes aux concours d’allemand à la session 2016 contre moins de 200 à la session 2010 et la nomination de la déléguée ministérielle à l'apprentissage de l'allemand en France sont autant de moyens pour atteindre cet objectif.

La mobilité internationale des élèves sera également encouragée. D’ici 2017, 100% des collèges et lycées seront engagés dans un partenariat scolaire, contre 61% des établissements français actuellement. Et, plus de 50% des écoles primaires seront investies dans le cadre d’un projet européen ou international.
 
Les classes bilangues de continuité
Les classes bilangues dites "de continuité" seront maintenues pour les élèves ayant bénéficié à l’élémentaire d’un enseignement de langue vivante autre que anglais à la différence de celles qui permettaient de contourner la carte scolaire. A noter : 60% des collèges d’éducation prioritaire proposeront des classes bilangues. En savoir + : Lire l'arrêté du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des enseignements dans les classes de collège
 
  • le renforcement de l’acquisition des savoirs fondamentaux par des apprentissages théoriques et pratiques, à travers des nouveaux programmes, une grille horaire qui ne pénalise aucune matière ;
     
  • l’enseignement de l’Histoire présentera les 3 monothéismes, comme c’est le cas aujourd’hui - judaïsme, christianisme, islam : le Gouvernement a la volonté qu’un enseignement laïc du fait religieux soit bien assuré, ce qui signifie évidemment que les 3 monothéismes doivent être présents dans les cours ;
     
  • des langues anciennes latin et grec proposées à tous dans la pratique des enseignements interdisciplinaires alors qu'aujourd'hui le latin et le grec ne sont qu’une option, seuls 18% des collégiens le prennent en plus de leurs heures de cours. Ils ne sont que 5% à poursuivre cette discipline au lycée. Demain, tous les élèves pourront profiter d'un "enseignement pratique pluridisciplinaire" portant sur les langues et cultures de l'antiquité, une ou plusieurs fois au cours de leur scolarité et, ainsi, accéder à des apports culturels essentiels à notre civilisation ;
     
  • des compétences numériques seront également développées afin que le collégien puisse acquérir les valeurs, les repères et l'esprit critique nécessaires à ces nouveaux usages. Le plan numérique participera de cette révolution (équipements numériques mobiles, ressources en ligne...) au sein des établissements avec, notamment, 300 collèges connectés en cette rentrée 2015 ;
     
  • chaque établissement inscrit dans son projet de vie au collège le civisme, la compréhension et la célébration des rites et des symboles de la République. Chaque collège célébrera notamment la Journée de la laïcité le 9 décembre.
Des parcours d'excellence dans les 352 collèges REP + à partir de la rentrée 2016
A la suite du Comité interministériel à l'égalité et à la citoyenneté du 26 octobre 2015, il est décidé de renforcer les parcours valorisant le mérite d’élèves de l’éducation prioritaire. L’objectif ? Accompagner des collégiens volontaires de milieux modestes vers une poursuite d'études ou une insertion professionnelle ambitieuse et réussie. Le but est notamment, grâce aux cordées de la réussite, de couvrir les 352 collèges de l'éducation prioritaire (REP+) ; d’engager plus de jeunes élèves volontaires ; d’assurer une continuité de suivi pour les élèves de la 3e jusqu'à la terminale afin de permettre la construction d'un parcours personnel vers une excellence choisie.
Des collèges isolés pourront également être associés au dispositif et, à terme tous les élèves volontaires pourront être concernés. À la rentrée 2016, ce pourrait être le cas de 20% à 30% des élèves de troisième des 352 collèges REP+, soit près de 8 000 élèves.
Les cordées de la réussite associent à leurs démarches des universités et des grandes écoles. Pour être plus efficace, le Gouvernement souhaite également renforcer le rôle des étudiants, des élèves fonctionnaires, des acteurs économiques, des associations, des fédérations de parents et des collectivités territoriales. Enfin, pour tenir les objectifs ambitieux de déploiement, Pierre Mathiot est nommé, à compter du 14 janvier, délégué ministériel aux parcours d'excellence par arrêté publié au Bulletin officiel de l'éducation nationale.
Le 12 janvier dernier, Pierre Mathiot, professeur des universités, a été nommé délégué ministériel aux parcours d’excellence. Placé auprès de la directrice générale de l’enseignement scolaire, il définit le cahier des charges national pour l’accompagnement des élèves en parcours d’excellence, anime le dispositif – en particulier le développement des partenariats – avec les académies et assure son suivi, en lien avec le comité de suivi.

Enfin, le diplôme du brevet voit son évaluation simplifiée, et donnera désormais lieu à un moment solennel. L'obtention du brevet se fera sur la base du contrôle continu, sur la base du contrôle final et sur la base de compétences regroupées sous 8 items contre plus de 90 aujourd’hui. Une remise républicaine du diplôme sera instaurée : le diplôme doit "célébrer la fin de la scolarité obligatoire [et de] faire revenir les élèves sur le lieu de leur réussite, qu’ils puissent être applaudis en présence des élus locaux et des parents. Elle aura lieu chaque premier mercredi qui suit la rentrée des classes", a expliqué Najat Vallaud-Belkacem.

Cette réforme du collège est un pilier supplémentaire et essentiel de la refondation de l’École initiée par le Gouvernement en 2012. Ces changements s’ajoutent aux décisions déjà prises pour mettre fin à la ghettoïsation des collèges : création de secteurs communs pour favoriser la mixité sociale ; réforme de l’allocation des moyens qui s’applique depuis la rentrée 2015. D'une ampleur sans précédent, elles sont une réponse globale aux problèmes du collège d’aujourd’hui.

Le Vrai/Faux du Gouvernement sur la réforme du #collège2016

Premier poste budgétaire de l'État, avec un budget de 65,02 milliards d'euros en 2015, soit 1,1 milliard de plus qu'en 2014, l'édu... [Lire la suite]
mardi 5 mai 2015

 

En savoir plus sur le #Collège2016
 

Plus de mixité sociale au collège

Lors d'une communication en Conseil des ministres du 16 mars 2016, Najat Vallaud-Belkacem a fait le point sur le développement de la mixité sociale au collège, à partir de l’engagement volontaire de 21 départements.

La démarche consiste à associer étroitement les acteurs afin de répondre aux besoins des territoires. Le ministère de l'Éducation nationale vient en soutien des initiatives locales. En tout 25 territoires pilotes ont été identifiés et, sur chacun d'eux des solutions spécifiques seront élaborées en associant l’ensemble de la communauté éducative, notamment les parents d’élèves. Deux solutions sont actuellement privilégiées : le travail sur la sectorisation pouvant aller jusqu’à la création de secteurs multicollèges, et l’amélioration de l’attractivité des établissements par la carte des formations.
 
Sous réserve de l’issue des concertations, une majorité des territoires pilotes devrait voir des solutions opérationnelles mises en œuvre dès la prochaine rentrée. Elles seront évaluées scientifiquement afin de permettre la diffusion des solutions les plus efficaces.

La mobilisation de l’École pour les valeurs de la République française comme les conclusions du comité interministériel "Égalité et citoyenneté" du 6 mars 2015 ont fait de la mixité sociale un objectif majeur de l’action gouvernementale. Or, les 7 075 collèges de France présentent une très forte hétérogénéité en termes de composition sociale. En effet :

  • 70 collèges accueillent plus de 82% de collégiens d’origine sociale défavorisée
  • 70 collèges accueillent moins de 3% de collégiens d’origine sociale défavorisée
  • 700 collèges accueillent moins de 6% de collégiens d’origine sociale très favorisée
  • 700 collèges accueillent plus de 42% de collégiens d’origine sociale très favorisée
L’enjeu de la mixité sociale est central pour la réussite des élèves, notamment les plus fragiles, comme pour le sentiment d’appartenance de tous les enfants de France à la République. Les meilleurs élèves n’y perdent pas non plus : ils ne sont pas pénalisés scolairement et la mixité sociale constitue un enrichissement pour leur construction individuelle et citoyenne.


 
  • Qu'est-ce qu'un secteur multicollèges ?
La loi de refondation de l'École du 8 juillet 2013 a ouvert la possibilité de créer des secteurs multicollèges pour favoriser la mixité scolaire et sociale, à l’initiative exclusive des départements, seuls compétents en matière de sectorisation. Ainsi, l’article L. 213-1 du Code de l’éducation prévoit désormais que "lorsque cela favorise la mixité sociale, un même secteur de recrutement peut être partagé par plusieurs collèges publics situés à l’intérieur d’un même périmètre de transports urbains". Le décret du 5 juillet 2014 et la circulaire du 7 janvier 2015 précisent les modalités de mise en œuvre de cette mesure.

La singularité de la démarche, présentée le 9 novembre 2015, repose sur une logique de construction à partir des acteurs et des besoins des territoires, le ministère se positionnant en impulsion et en appui de l’initiative locale. C’est une inversion importante de la logique qui a souvent prévalu par le passé, avec des résultats limités, voire négatifs comme lors de l’assouplissement de la carte scolaire mis en œuvre en 2007.
Cette démarche va prendre en compte les enjeux liés à la mixité scolaire, à la mixité intra-établissements, aux évolutions induites par l’ouverture ou la fermeture programmée d’un établissement. Le travail partenarial pourra également prendre en compte les questions de mixité et de sectorisation dans les écoles et les lycées des territoires. La mise en place d’un secteur commun à plusieurs collèges permet de faire de l’affectation des élèves un levier majeur pour atteindre l’objectif de mixité sociale, sous la responsabilité des services académiques. En concertation avec l’ensemble de la communauté éducative (élus locaux, chefs d’établissements, enseignants, parents d’élèves, associations partenaires de l’École), le département détermine par délibération les contours d’un nouveau secteur multicollèges.

  Les élèves résidant dans le secteur élargi ont le droit d’être affectés dans un des établissements de celui-ci. Aussi, les familles sont invitées à classer par ordre de préférence tous les établissements du secteur dont ils font partie. Si les capacités d’accueil d’un établissement ne permettent pas de donner satisfaction à tous les premiers choix formulés par les familles, l’affectation des élèves répond à des critères déterminés en lien avec le département concerné et en associant pleinement la communauté éducative. Ces critères d’affectation doivent respecter une priorité à donner aux voeux formulés par les élèves souffrant d’un handicap, puis aux élèves bénéficiant d’une prise en charge médicale à proximité de l’établissement. Ensuite, la règlementation laisse pleine liberté aux acteurs pour déterminer les critères d’affectation : élèves boursiers ou susceptibles de l’être, distance domicile / établissement, choix pédagogiques (carte des langues, classes à horaires aménagés, etc.), continuité de cycle 3 entre écoles et collèges, maintien des liens amicaux entre élèves, etc.

Outre l’expérimentation de sectorisation multicollèges, la démarche pourra aboutir à la mise en oeuvre d’autres solutions, telles que la redéfinition de la carte scolaire à partir des réseaux de transports en commun des grandes métropoles, ou de façon dite "mouchetée" dans les zones à forte ségrégation, ou la constitution de réseaux de collèges intégrés en zones rurales.

FAIRE RÉussir tous les ÉlÈVES



Les études internationales montrent de manière indiscutable que l'école française est devenue l’une des plus inégalitaires d’Europe. En 10 ans, les collégiens ont régressé en français, en mathématiques, en histoire. 75% seulement des enfants d'ouvriers obtiennent le brevet contre 95% des enfants de cadres. Le collège est le maillon faible de la scolarité des élèves français. Aujourd’hui, la réforme du collège est une nouvelle étape de la nécessaire refondation de l'École, engagée depuis 2012. Cette réforme a pour objectif de tirer tous les collégiens vers le haut, en fidélité à l’École de la République, afin de mieux les préparer au monde de demain.

Dans une tribune du 17 mai 2015 du quotidien Libération, le Premier ministre est revenu sur les enjeux de la réforme. Qualifiée de "réforme pour l’égalité", elle permettra à terme "à 100% des élèves d’apprendre une seconde langue vivante dès la cinquième ­– contre, aujourd’hui, 16% d’élèves en classes bilangues et 11% en classes européennes – ;  l’accès au latin et au grec sera démocratisé."



Pour la ministre de l'Éducation nationale, le diagnostic sur le collège révèle 4 problèmes auxquels elle apporte 4 solutions.

  • Le 1er problème du collège aujourd’hui, c’est l’acquisition des connaissances de base. Le nouveau collège renforce l’acquisition des savoirs fondamentaux et combine les apprentissages théoriques à des apprentissages plus pratiques.
     
  • Le 2e problème du collège aujourd’hui, c’est qu’il est trop uniforme pour apporter des solutions à tous les élèves. Quand, à la fin de l’école primaire, 1 élève sur 8 ne maîtrise pas les compétences en français, il y en a 1 sur 4 à la fin du collège. Le nouveau collège crée des temps qui tiennent compte des spécificités des élèves pour permettre la réussite de tous.
     
  •  Le 3e problème du collège, c’est l’ennui qui conduit parfois les élèves au décrochage. Selon une enquête de l’Afev, 70% des collégiens s’ennuient souvent voire tout le temps, alors qu’ils sont 25% en primaire. Le nouveau collège donne aux élèves les outils pour se projeter dans le futur, construire les compétences de demain.
     
  • Le 4e problème du collège aujourd’hui, ce sont les conditions de vie scolaire. Le nouveau collège devient un lieu d’épanouissement et de construction de la citoyenneté.
Gouvernement.fr vous propose de recevoir des informations personnalisées sur les thématiques qui vous concernent. Abonnez-vous à infos@gouv

Où en est-on ?

L'apprentissage des langues vivantes à la rentrée 2016 en infographies

Tout savoir sur l'apprentissage des langues vivantes à partir de la rentrée 2016 et sur la fin des enseignements de langue et de culture d'origine (Elco) en 2 infographies.

Télécharger l'infographie "Plus de langues vivantes proposées aux élèves"

Télécharger l'infographie "Des enseignements de langue et de culture d'origine aux enseignement internationaux de langues étrangères"

La réforme du collège validée par le Conseil d'État

Le Conseil d’État rejette les demandes d’annulation de l’arrêté instituant les horaires des enseignements communs, l’accompagnement personnalisé et les enseignements pratiques interdisciplinaires, ainsi que les enseignements de complément.
Suivant les recommandations du rapporteur public, le Conseil d’État a cependant annulé les dispositions du décret qui imposaient une amplitude journalière maximale de 6 heures pour les élèves de 6e et une pause méridienne d'au moins 1 heure 30 pour tous les collégiens, en considérant que ces mesures affectant l'organisation et le fonctionnement des établissements et les conditions dans lesquelles ceux-ci, en vertu de l'article R. 421-2 du code de l'éducation, organisent le temps scolaire et des modalités de la vie scolaire, elles ne pouvaient être prises que par décret en Conseil d’État.

La ministre prend acte de cette décision ; elle demande aux chefs d’établissement de veiller au mieux à ce que l’équilibre de la journée des élèves de 6e soit respecté.
La nouvelle organisation du collège s’appliquera donc dès la rentrée 2016 conformément aux dispositions du décret adopté au Conseil supérieur de l’Éducation.

Parcours d'excellence pour les collégiens de REP+ de la 3e jusqu'à la terminale

Najat Vallaud-Belkacem a présenté les parcours d'excellence pour les collégiens des réseaux d'éducation prioritaire (REP+) volontaires de la 3e à la terminale. Le parcours d'excellence est construit sur un fondement : accompagner des collégiens volontaires pour assurer l'égalité des opportunités de réussite. Il a pour objectif de conduire des jeunes de milieux modestes vers une poursuite d'études ou une insertion professionnelle ambitieuse et réussie, en leur proposant une offre de coaching collectif et de visites culturelles dès la classe de troisième puis un suivi individualisé tout au long de leur scolarité au lycée, quelle que soit la filière choisie.

Pour en savoir plus consulter le dossier de presse

Renforcer la mixité sociale dans les collèges

Renforcer la #MixitéSociale dans les collèges : découvrez la démarche engagée sur po.st/MixiteSociale pic.twitter.com/NslbkqmgIV


Najat Vallaud-Belkacem a présenté la démarche engagée pour renforcer la mixité sociale dans les collèges. La ministre a exprimé son souhait d'impulser des initiatives fédérant la communauté éducative à l'échelle de territoires pilotes, pour imaginer les solutions concrètes qui pourront ensuite être déployées sur le territoire national. Les 17 territoires pilotes seront rejoints par de nouveaux dans les prochaines semaines : ils bénéficieront d'un accompagnement scientifique pour appuyer les acteurs locaux et permettre la diffusion des bonnes pratiques.

Lire le dossier de presse

La réforme du collège en 10 points

Personnels d'éducation, retrouvez à travers le magazine en ligne "La réforme du collège en 10 points" tous les éléments utiles pour comprendre et mettre en place la réforme du collège qui entrera en vigueur à la rentrée 2016.

Education nationale : une politique en faveur de l’apprentissage de l’allemand

Najat Vallaud-Belkacem s’est rendue dans l’académie de Nancy-Metz le 5 octobre sur le thème de l’enseignement de l’allemand en primaire et en secondaire et des projets de la coopération franco-allemande.

La ministre a fixé des objectifs chiffrés ambitieux d’apprenants de l’allemand pour la rentrée 2016 (+12% en primaire et +6% au collège). Avec la mise en place d’une nouvelle carte des langues vivantes dans chaque académie, la mobilisation de nouvelles ressources humaines et la nomination de la déléguée ministérielle à l’apprentissage de l’allemand en France, tous les moyens sont mobilisés pour les atteindre. Enfin, l’avancement de la LV1 du CE1 au CP, et de la LV2 de la 4e à la 5e prévu par la réforme du collège, vont améliorer les résultats de tous les élèves.

L'éducation, premier budget de la nation

Cette année encore, l’éducation est le premier budget de la nation. Il augmente de 517 M€ par rapport à 2015. La refondation de l’École, pour une École exigeante, plus juste et qui soit au cœur de la République, s’appuie sur un effort budgétaire conséquent et cohérent. Ces efforts ont déjà permis de concrétiser la priorité donnée au premier degré. Cette année, ce sont 11 711 nouveaux postes qui seront créés. Chacun des efforts, chacune des réformes prend en compte la nécessité absolue de réduire les inégalités de réussite scolaire.

Consulter le dossier de presse

Najat Vallaud-Belkacem : "le brevet des collèges est un vrai diplôme"

Réforme du brevet des collèges, système d'évaluation rénové... La ministre de l'Education nationale répond aux questions du Parisien.

"Le brevet est un vrai diplôme qui donne accès à certains concours de la fonction publique. C'est aussi la première fois que l'élève est confronté à un examen, unique sur tout le territoire, objectif, et qui permet de témoigner de l'acquisition de connaissances. Certains auraient voulu qu'on y renonce, mais je trouve important de maintenir cette première expérience. Je veux même accorder toute son importance à ce rite de la fin de la scolarité obligatoire", souligne Najat Vallaud-Belkacem.

Projet de programmes pour les cycles 2, 3 et 4

Le président du Conseil supérieur des programmes a remis le projet de programmes pour les cycles d’enseignement 2, 3 et 4 à Najat Vallaud-Belkacem.

Les nouveaux programmes de la scolarité obligatoire reposent sur une conception nouvelle. Ils ne sont plus la simple juxtaposition de programmes disciplinaires annuels imposant aux professeurs les contenus, les démarches, les méthodes et les progressions, visant un élève abstrait. Ils s’inscrivent dans un projet global, s’adressant à tous les élèves, plus attentif à la diversité de leurs rythmes d’acquisition et faisant davantage confiance à la personnalité des enseignants.

Télécharger les projets de programmes des cycles 2, 3 et 4

Division par 2 du prix de la licence UNSS dans les collèges REP+ et les lycées professionnels de l’éducation prioritaire

Le sport scolaire contribue à la réussite, à la responsabilisation, au goût de l’effort, à la santé et au bien-être de chaque élève. A l’occasion du lancement de l’"Année du sport, de l’école à l’université", Najat Vallaud-Belkacem a annoncé l’augmentation de la subvention accordée à l’UNSS, ce qui permet la division par deux, par les associations sportives affiliées, du prix de la licence (18,5€ en moyenne sur le territoire) dans les collèges REP+ et les lycées professionnels de l’éducation prioritaire. Une mesure est prise dans l’intérêt des familles.