Photo d'élèves remontant un escalier pour accéder à leur classe un jour de rentrée scolaire.

La lutte contre les inégalités scolaires

Mis à jour le 12 mai 2016 - Projet porté par Najat Vallaud-Belkacem
L'inégalité face à l'éducation est la première des injustices contre lesquelles il faut lutter. Or elle s'est accrue ces dernières années. Pour inverser la tendance, le Gouvernement s'est fixé un objectif : ramener à moins de 10% les écarts de réussite scolaire entre élèves. Deux réformes ont été menées de front : la refonte de la carte de l'éducation prioritaire et celle de l'allocation des moyens pour toutes les écoles et tous les collèges de France.
Résultats PISA3 décembre 2013L'enquête Pisa évalue tous les 3 ans le niveau scolaire des élèves âgés de 15 ans dans les 34 pays de l'OCDE. Les résultats obtenus par la France à ce classement sont préoccupants. Outre une baisse des résultats des élèves en mathématiques, l'enquête révèle que les inégalités se creusent dans toutes les matières. Mais elle montre surtout une aggravation des déterminismes sociaux : l'école française est celle des pays de l'OCDE où l'origine sociale des enfants pèse le plus lourd dans les résultats scolaires.
Education prioritaireRentrée 2014Lancée en décembre 2013, la réforme de l'éducation prioritaire vise à concentrer les moyens là où les difficultés sont les plus importantes avec notamment l’objectif de réduire à moins de 10 % les écarts de maîtrise des compétences entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres. Pour y parvenir, 102 réseaux éducation prioritaire plus (REP+) ont été déployés à la rentrée 2014.
Seine-Saint-Denis19 novembre 20149 mesures d'urgence sont annoncées pour le département de la Seine-Saint-Denis.
Réforme des moyens17 décembre 2014Najat Vallaud-Belkacem a présenté la réforme de l’allocation des moyens et la nouvelle carte de l’éducation prioritaire. Ces mesures marquent une avancée décisive pour que l’École offre à tous les élèves des chances égales de réussite
#Collège201611 mars 2015Najat Vallaud-Belkacem présente une réforme en profondeur collège qui devra devra mieux enseigner les savoirs fondamentaux, former à d'autres compétences et avoir un fonctionnement quotidien assoupli pour s’adapter à la diversité des besoins des élèves. La réforme du collège concerne simultanément les programmes, les pratiques d'enseignement et l’organisation pédagogique.
Réforme collège10 avril 2015Le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) vient d’adopter à une large majorité (51 pour, 25 contre, 1 abstention) la réforme du collège. Avec ce vote, la refondation de l’école engagée depuis 2012 franchit une nouvelle étape importante.
Nouvelle carteRentrée 2015La nouvelle carte de l'éducation prioritaire compte 350 REP +. Au-delà de ce noyau dur, l'éducation prioritaire comprendra 1 089 réseaux. Dans chaque académie, le recteur doit déterminer début 2015 les noms des établissements retenus, à l''aide du nouvel indicateur social qui prend en compte les difficultés sociales.

Le contexte

Notre pays ne donne pas les mêmes chances de réussite à tous ses élèves. Les inégalités sociales se transforment et s’aggravent en inégalités scolaires : depuis 2002, le poids de l’origine sociale sur les performances des élèves de 15 ans a augmenté de 33 %. L’enquête Pisa, publiée en décembre 2013, a évalué le niveau scolaire des élèves âgés de 15 ans dans les 34 pays de l'OCDE. Les résultats montrent que la France est le pays européen le plus affecté par le déterminisme social, qui ne se traduit pas seulement par une perte de chance pour certains élèves mais par une dégradation du niveau de tous les élèves, y compris les meilleurs.

Le poids de l’origine sociale sur les performances des élèves est ainsi plus fort en France que dans tous les pays de l’OCDE : 1,7 fois plus élevé qu’en Finlande, 1,4 fois qu’au Royaume-Uni, 1,3 fois qu’en Allemagne. Aujourd'hui, on évalue à 20 % la proportion d’élèves en difficulté.

Trente ans après sa création par Alain Savary, l’éducation prioritaire n’a fait l’objet d’aucune révision globale, les dispositifs successifs sont venus s’empiler, perdant peu à peu en efficacité, et ont entraîné une grande complexité et une dilution des moyens. Dans certains cas, la carte de l’éducation prioritaire était complétement déconnectée de la réalité sociale.

Pour inverser la tendance, le Gouvernement a décidé de lancer différents chantiers : la refondation de l'éducation prioritaire, la réforme de l'allocation progressive des moyens et la réforme du collège.

Initié dans le cadre des évaluations de politiques publiques, le travail de refondation de l’éducation prioritaire a mobilisé nombre d’acteurs et de partenaires pendant toute l’année 2013. Véritable politique d'égalité des chances, la carte de l'éducation prioritaire a été refondue. Applicable à la rentrée 2015, elle sera revue tous les 4 ans afin de corriger plus précisément l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire. La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République de juillet 2013 en a défini l’objectif : réduire de moitié les écarts de réussite scolaire entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres élèves de France. Près de 18% des écoliers, 20% des collégiens et 2% des lycéens sont scolarisés en éducation prioritaire.

La réforme de l'allocation des moyens vise, rentrée après rentrée, à donner plus à ceux qui ont en besoin en prenant en compte des critères sociaux et territoriaux.

De quoi s'agit-il ?

La réforme de l'allocation des moyens pour tous

Photo de Najat Vallaud-Belkacem lors de sa conférence de presse du 17 décembre 2014
Au-delà des réseaux de l’éducation prioritaire, j’ai voulu que les critères sociaux et territoriaux soient désormais pris en compte dans l’attribution des moyens à l’ensemble des écoles et collèges de France. Ce changement de philosophie va, rentrée après rentrée, permettre de rendre l’école plus juste. Et ainsi, réduire les inégalités de départ.
Najat Vallaud-Belkacem


Les déterminismes sociaux pèsent trop fortement sur la réussite scolaire des élèves. Les chiffres sont édifiants. C'est pour cette raison que Najat Vallaud-Belkacem a présenté le 17 décembre 2014 la réforme de l’allocation des moyens afin de donner plus à ceux qui ont moins et attribuer les moyens selon un principe fort de solidarité. Cette réforme va permettre de doter les écoles et les collèges, non plus seulement en fonction du nombre d’élèves, mais aussi des différences de situation économique, sociale et géographique de leur population scolaire.



Ce nouveau modèle plus fin et objectif prend mieux en compte la difficulté sociale des publics scolaires. Alors que les moyens étaient auparavant alloués en ne distinguant que 4 types de profils académiques (académies rurales, urbaines, contrastées ou ultramarines), le nouveau modèle distinguera 15 profils qui croisent critères sociaux et territoriaux (de l’académie jusqu’au quartier). Cela permettra de prendre en compte la très grande hétérogénéité au sein d’une académie, d’un département, voire d’une commune.

À partir de la rentrée 2015, rentrée après rentrée, ce modèle va permettre d’adapter le nombre d’élèves par classes en fonction des besoins spécifiques des écoles.

La réforme de l'éducation prioritaire

La nouvelle éducation prioritaire, c’est plus de moyens humains et financiers au service de la réussite de tous les élèves, une pédagogie repensée, une école plus accueillante pour les parents. C’est une nouvelle carte des réseaux pour que ce soient les territoires qui en ont le plus besoin qui bénéficient de cette mobilisation exceptionnelle.
Najat Vallaud Belkacem
ministre de l'Éducation nationale

 
Pour répondre au "choc Pisa", la mise en œuvre de la nouvelle carte de l'éducation prioritaire a pour ambition de corriger les inégalités en concentrant les moyens humains et financiers vers les territoires qui en ont le plus besoin.

Politique d'égalité des chances, la carte de l'éducation prioritaire concerne des réseaux qui rapprochent des écoles, des collèges - et parfois lycées - pour favoriser la continuité des apprentissages tout au long de la scolarité obligatoire. Le plus souvent, elle couvre des établissements implantés dans des quartiers urbains défavorisés mais aussi dans certaines zones rurales dont l'emplacement géographique rend difficile la mise en place d'une réelle mixité sociale.

Au fil du temps, elle était devenue hétérogène et peu lisible. Des écoles et collèges qui accueillent un public
1089
c'est le nombre de réseaux d’éducation prioritaire à la rentrée 2015, dont 350 REP+
plus favorisé que la moyenne nationale s'y trouvaient encore tandis que d'autres qui font face à des difficultés grandissantes n'y figuraient pas. Conduite en 2013, la réforme de l'éducation prioritaire a permis un premier déploiement de 102 réseaux d'éducation prioritaire plus (REP+) dès la rentrée 2014. Effective depuis la rentrée 2015,  la nouvelle carte comprend 350 REP+ et 739 REP. L'éducation prioritaire comprendra  1 089 réseaux.


  Pour être plus juste, la carte sera réexaminée tous les quatre ans. Les établissements anciennement classés Éclair et réseaux de réussite scolaire ont pu évoluer pour devenir Rep+ ou Rep, ou au contraire sortir de la carte si leur contexte social s'est amélioré. De nouvelles écoles et collèges bénéficient de cette politique. (Voir la liste par académie en cliquant sur la carte).

Dès la rentrée 2014, des moyens avaient été mis en place pour la première phase de la réforme et les 102 établissements choisis pour préfigurer les REP. 600 postes supplémentaires y ont permis la scolarisation des enfants de moins de 3 ans et le déploiement du dispositif "plus de maîtres que de classes" dans le premier degré.
 
+352 M€
c'est la hausse du budget 2015 pour l'éducation prioritaire
 Dans le budget 2015, 352 millions d'euros supplémentaires sont prévus pour l’éducation prioritaire, avec :
  • 22 millions d’euros pour créer 7 600 postes  dont 3 800 postes d’enseignants dans le premier degré ; 1 300 postes d’enseignants dans le second degré ; 2 150 postes d’assistants d’éducation et 350 postes de personnels de santé/sociaux.
  • 100 millions d’euros pour revaloriser les indemnités des personnels.
  • 30 millions d'euros  de crédits hors rémunérations pour financer la formation des enseignants, renforcer le dispositif École ouverte et financer un fonds de projets pédagogiques.
Hausse des indemnités pour tous les enseignants de l'Éducation prioritaire
A partir de la rentrée 2015, la réforme  prévoit une hausse des indemnités de tous les enseignants en éducation prioritaire (87 M€) et la mise en place d'enveloppes indemnitaires pour missions (13M€).
 
  1. une indemnité unique pour les enseignants des 1er et 2nd degrés, composée de deux niveaux :
    - une indemnité renforcée de 2 312 euros pour les 38 000 enseignants de Rep+ (+100%)
    - une indemnité de base  de 1 734 euros pour les 81 000 enseignants des Rep. (+50%)
  2.  la mise en place d'enveloppes indemnitaires pour missions pour le 2nd degré sera définie pour la rentrée 2015 par décrets. Enseigner devant des effectifs importants sera pris en compte par une nouvelle indemnité pour les enseignants assurant au moins 6 h de cours devant + de 35 élèves. Seront également indemnisées les missions complémentaires à l'activité de l'enseignant :
    - coordonnateur de discipline, de cycle ou de niveau d'enseignements;
    - référent culture, numérique, décrochage ;
    - en EPS , coordination des activité physiques sportives et artistiques ;
    - toute autre responsabilité proposée par le conseil pédagogique et arrêté par le chef d'établissement ;
    - ou encore les missions exercées au niveau académiques...

Cette évolution de la carte de l'éducation prioritaire a été facilitée par deux dispositions complémentaires :
 
  • le principe d'allocation progressive des moyens (voir ci dessus), qui se développe sur l'ensemble du système éducatif et limite les incidences d'une sortie de la carte de l'éducation prioritaire ;
  • une mesure de sauvegarde concernant les personnels dont l'école ou le collège sortira de l'éducation prioritaire : ils continueront de bénéficier de leurs indemnités pendant trois années et verront leur mutation facilitée s'ils souhaitent continuer de travailler en éducation prioritaire.

Les nouveautés de l'éducation prioritaire

Au-delà des moyens, l’enjeu de l’éducation prioritaire est également pédagogique. La réforme conduit à changer les pratiques et à transformer les méthodes avec la mise en œuvre d'un plan de 14 mesures qui concerne élèves, enseignants et parents :

  1. La scolarisation des moins de 3 ans est progressivement proposée dans chaque réseau d'éducation prioritaire.
     
  2. Le dispositif "plus de maîtres que de classes" sera étendu dans chaque école en éducation prioritaire avec l’affectation d’un poste supplémentaire pour favoriser la mise en place de nouvelles organisations pédagogiques au sein de la classe et favoriser le travail collectif des enseignants.
    Lire l'action : Plus de moyens pour une école exigeante
  3. Un accompagnement continu jusqu’à 16h30 pour les élèves de 6e dans tous les collèges de l'éducation prioritaire. Aide aux devoirs, soutien méthodologique ou un tutorat seront mis en place dans l’établissement pour que les élèves travaillent en petits groupes lorsqu’ils n’ont pas cours.
     
  4. L’extension du dispositif D’Col dans tous les collèges de l’éducation prioritaire. Depuis 2013 D’Col propose aux élèves de 6e en difficulté un dispositif numérique innovant d’aide individualisée, de soutien et d’accompagnement en français, mathématiques et anglais. Un enseignant référent prend en charge et encadre les élèves deux heures par semaine autour d’activités pédagogiques numériques.

    Lire  l'action : L'école numérique
  5. Développer l’ambition et la curiosité des élèves pour les aider à construire leur parcours. Plusieurs dispositifs permettront d’accroître l’ambition scolaire des élèves.
    Des parcours d'excellence dans les 352 collèges REP + à partir de la rentrée 2016
    A la suite du Comité interministériel à l'égalité et à la citoyenneté du 26 octobre 2015, il est décidé de renforcer les parcours valorisant le mérite d’élèves de l’éducation prioritaire. L’objectif ? Accompagner des collégiens volontaires de milieux modestes vers une poursuite d'études ou une insertion professionnelle ambitieuse et réussie. Le but est notamment, grâce aux cordées de la réussite, de couvrir les 352 collèges de l'éducation prioritaire (REP+) ; d’engager plus de jeunes élèves volontaires ; d’assurer une continuité de suivi pour les élèves de la 3e jusqu'à la terminale afin de permettre la construction d'un parcours personnel vers une excellence choisie.
    Des collèges isolés pourront également être associés au dispositif et, à terme tous les élèves volontaires pourront être concernés. À la rentrée 2016, ce pourrait être le cas de 20% des élèves de troisième des 352 collèges REP+, soit près de 8 000 élèves.
    Les cordées de la réussite associent à leurs démarches des universités et des grandes écoles. Pour être plus efficace, le Gouvernement souhaite également renforcer le rôle des étudiants, des élèves fonctionnaires, des acteurs économiques, des associations, des fédérations de parents et des collectivités territoriales. Enfin, pour tenir les objectifs ambitieux de déploiement, Pierre Mathiot est nommé, à compter du 14 janvier, délégué ministériel aux parcours d'excellence par arrêté publié au Bulletin officiel de l'éducation nationale.
  6. Le développement d’internats de proximité pour les collégiens. Les jeunes issus de milieux modestes ont besoin de conditions d’hébergement et d’études adaptées pour réussir. Le développement d’internats de proximité, prévu par les investissements d’avenir, doit répondre à ce besoin.
     
  7. Du temps pour travailler ensemble : du temps dédié à la formation, au travail en équipe et au suivi des élèves dans les réseaux les plus difficiles. Au collège, une heure et demie par semaine et au primaire, 9 jours par an.
     
  8. Un plan de formation continue et d’accompagnement pour les enseignants : trois jours de formation annuels garantis dans les réseaux les plus difficiles, des experts de terrain pour accompagner les équipes, un tutorat pour les nouveaux enseignants.
     
  9. Des incitations fortes pour stabiliser les équipes : une rémunération plus attractive grâce à des indemnités revalorisées de façon significative, un parcours en éducation prioritaire valorisé dans la carrière, des affectations ciblées en fonction des besoins locaux et du projet éducatif.
     
  10. Un référentiel de principes d’actions pédagogiques et éducatives pour offrir un cadre structurant. Il sera enrichi par la contribution de tous les acteurs de l’éducation prioritaire.
     
  11. Un fonds académique pour financer des actions pédagogiques et l’animation des réseaux. Les équipes pédagogiques locales bénéficieront de moyens leur permettant d’engager des actions innovantes au service des élèves.
     
  12. Un accueil des parents, chaque matin, pour mieux les associer à la vie de l’école. Plus encore qu’ailleurs, l’École de la République doit s’ouvrir aux parents d’élèves : plusieurs dispositifs leur permettant de suivre les apprentissages de leurs enfants seront développés.
     
  13. 500 assistants de prévention et de sécurité supplémentaires pour améliorer le climat scolaire. Les assistants de prévention et de sécurité, mis en place dès la rentrée 2012, ont fait leurs preuves sur le terrain et contribuent à rendre le climat scolaire plus serein.
     
  14. Un infirmier scolaire supplémentaire dédié aux écoles et un assistant social, dans les réseaux les plus difficiles. Aujourd’hui essentiellement présent(e)s au collège, les infirmier(e)s scolaires ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention des risques de santé dès l’école primaire. Les personnels sociaux contribuent, pour leur part, à un meilleur suivi des élèves tout au long de leur scolarité.
Le service public régional d’orientation, un service pour tous
Un accord-cadre a été signé le 28 novembre 2014 pour faciliter la généralisation au 1er janvier 2015 du service public régional d’orientation (SPRO). Il vise à concrétiser l'expérimentation lancée en septembre 2013, dans huit régions volontaires. Son objectif ? Permettre à l'ensemble des opérateurs de l’orientation tout au long de la vie de s'inscrire dans une dynamique de complémentarité.

Coordonné par la région, le SPRO réunit tous les organismes utiles à l’orientation, à l’insertion professionnelle et à l’emploi - centres d’information et d’orientation, Onisep, missions locales, agences de pôle emploi, réseau information jeunesse - pour répondre plus efficacement aux besoins et aux attentes du public. A noter : chacun des organismes conserve ses rattachements administratifs et hiérarchiques, ses statuts et ses missions.
Gouvernement.fr vous propose de recevoir des informations personnalisées sur les thématiques qui vous concernent. Abonnez-vous à infos@gouv

Où en est-on ?

Collège 2016 : "les textes d’application vont permettre de répondre aux inquiétudes"

Avancer & passer à l’étape suivante, celles des textes d’application, pour lever les inquiétudes des enseignants. http://dai.ly/x2qrv7o


Alors que le décret relatif à l'organisation des enseignements au collège est publié aujourd’hui au Journal officiel, Najat Vallaud-Belkacem répond aux questions de Jean-François Achilli pour France Info.

Voir la vidéo

Adoption de la réforme du collège par le conseil supérieur de l'éducation

Le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) vient d’adopter à une large majorité (51 pour, 25 contre, 1 abstention) la réforme du collège. Avec ce vote, la refondation de l’école engagée depuis 2012 franchit une nouvelle étape importante.  Alors que le constat sur l’aggravation au collège des difficultés scolaires est largement partagé, il était essentiel de revoir un cadre trop contraint pour que les enseignants puissent exercer dans de meilleures conditions et pour favoriser la réussite de tous les élèves.

Enseignement secondaire : 2 simulateurs de bourse sont en ligne

Pour répondre aux attentes des parents d’élèves du secondaire, de l’enseignement public et privé sous contrat, 2 simulateurs de droit à l’obtention d’une bourse dans le 2nd degré ont été mis en ligne. Ils s’adressent aux parents de collégiens et de lycéens, ainsi qu’aux jeunes pouvant bénéficier du droit au retour en formation sous statut scolaire, et ils sont accessibles sur internet.

En quelques clics, les parents peuvent désormais savoir s’ils sont éligibles et obtenir l’estimation du montant de la bourse, alors que précédemment, ils devaient le calculer à partir de tableaux d’auto-évaluation. La pertinence des dossiers de candidatures déposés dans les établissements devrait aussi s’en trouver accrue, les familles ayant plus facilement étudié leurs chances en amont.
www.education.gouv.fr/bourses-de-college
www.education.gouv.fr/bourses-de-lycee

Collège : mieux apprendre pour mieux réussir

Le collège de 2016 devra mieux enseigner les savoirs fondamentaux, former à d'autres compétences et avoir un fonctionnement quotidien assoupli pour s’adapter à la diversité des besoins des élèves. La réforme du collège concerne simultanément les programmes, les pratiques d'enseignement et l’organisation pédagogique. Najat Vallaud-Belkacem souhaite partir de ce qui marche déjà sur le terrain, libérer les capacités d’initiatives des enseignants et leur traduire cette confiance et ce soutien dans une nouvelle organisation plus responsabilisante et collective. La ministre a présenté les évolutions du collège en 2016 afin qu'il permette à tous les élèves de mieux apprendre pour mieux réussir.

La République en actes : pour la mixité sociale à l’École

Lors de la conférence de presse consacrée au Comité interministériel pour l'Egalité et la Citoyenneté, Najat Vallaud-Belkacem a présenté les mesures nouvelles destinées à faire progresser la mixité sociale à l’école.

Outre les mesures déjà adoptées le 22 janvier, qui sont d’ores et déjà mise en œuvre, la ministre a insisté sur les nouvelles annonces. "Pour les écoles en Réseau d’Éducation Prioritaire REP+, nous avons relevé notre niveau d’ambition concernant la pré-scolarisation des enfants de moins de 3 ans."  Ainsi l’objectif qui était de 30% d'enfants pré-scolarisés avant l’âge de 3 ans est porté à 50%. Ce sont ainsi 800 postes nouveaux qui seront consacrés à cette mesure qui favorise la réussite scolaire future des enfants ainsi accueillis. "Nous avons besoin dans chacun des ces établissements REP+ d’un infirmier scolaire et un assistant social qui garantira un suivi systématique en matière de santé et de social des enfants durant toute leur scolarité obligatoire" a-t-elle ajouté. De plus l’attractivité des écoles en REP+ sera encore renforcée par un avancement facilité pour les enseignants qui exercent dans ces écoles. Le Premier ministre et la ministre de l’Éducation nationale ont aussi annoncé l’évolution prochaine de la carte scolaire. "Si nous voulons véritablement lutter contre la ghettoïsation de nos collèges en particulier nous devons prendre à bras le corps ce sujet de la carte scolaire", a insisté Najat Vallaud-Belkacem.

@najatvb "Orientation des élèves, lutter contre l’auto-censure"

Échange avec des élèves du lycée V. Hugo sur l'orientation, pour lutter contre l'auto-censure. http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2015/02/10/une-orientation-des-eleves-qui-lutte-contre-lauto-censure/ … pic.twitter.com/1FJVQCiZH3

Najat Vallaud-Belkacem s'est rendue avec le Premier ministre et Myriam El Khomri au lycée Victor Hugo de Marseille sur le thème de l'orientation. Cette rencontre a permis de faire le point sur les différents dispositifs qui permettent aux élèves de véritablement choisir leur orientation et ainsi de lutter contre les déterminismes sociaux :

- la procédure classique de pré-inscription à une première année de l'enseignement supérieur relève du portail Admission Post Bac (APB) ;

- au-delà de cette procédure classique, le "dispositif pour les meilleurs bacheliers", mis en œuvre depuis l'an dernier, offre aux 10% des meilleurs bacheliers de chaque filière (L, ES, S, technologique, professionnelle) de chaque lycée un droit d'intégrer une filière sélective de l'enseignement supérieur ;

- avec le même objectif de lutte contre l'auto-censure, le lycée Victor Hugo mise par ailleurs sur les "Cordées de la réussite", partenariats noués avec des établissements d'excellence de l'enseignement supérieur. Près de 350 "Cordées de la réussite" existent sur l'ensemble du territoire, dont plus d'un tiers concernent des lycées situés dans des quartiers de la politique de la Ville.

Donner à l'école les moyens de faire réussir tous les élèves

Najat Vallaud-Belkacem a présenté la réforme de l’allocation des moyens et la nouvelle carte de l’éducation prioritaire. Ces mesures marquent une avancée décisive pour que l’École offre à tous les élèves des chances égales de réussite. "Plus de 30 ans après la mise en place des zones d’éducation prioritaire, la nouvelle carte de l’éducation prioritaire, issue d’un long processus d’évaluation et de concertation mené tout au long de 2013 et 2014, est adoptée et sera ainsi applicable à la rentrée 2015. Au-delà des réseaux de l’éducation prioritaire, j’ai voulu que les critères sociaux et territoriaux soient désormais pris en compte dans l’attribution des moyens à l’ensemble des écoles et collèges de France. Ce changement de philosophie va, rentrée après rentrée, permettre de rendre l’école plus juste. Et ainsi, réduire les inégalités de départ", écrit la ministre.


L'évolution des emplois enseignants à la rentrée 2015

La carte des réseaux d'éducation prioritaire à la rentrée 2015

Le dossier "Donner à chaque école et collège les moyens de faire réussir tous les élèves"

Droit au retour en formation initiale pour les 16-25 ans : publication des décrets

Deux décrets d’application de la loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République ont été publiés au Journal officiel.

Ces décrets précisent les conditions du droit au retour en formation pour tous les jeunes de 16 à 25 ans qui sont sortis du système scolaire sans diplôme ou sans qualification professionnelle.

Pour exercer ce nouveau droit, tout jeune, de 16 à 25 ans, sans diplôme, peut demander un entretien avec un représentant du service public régional d’orientation : pour exprimer cette demande, il peut appeler le numéro gratuit 0 800 12 25 00 ou adresser une lettre, un mél ou se rendre dans un Centre d’information et d’orientation, une plate-forme de suivi et d’appui aux décrocheurs, une mission locale ou une agence Pôle emploi. Tous ces services participent au service public régional d’orientation, nouveau service mis en place au 1er janvier 2015 et coordonné par la région.

Décret n° 2014-1453 du 5 décembre 2014

Décret n° 2014-1454 du 5 décembre 2014

Le redoublement devient une décision exceptionnelle, prise en accord avec les parents

Avec le décret paru au Journal officiel du 20 novembre, le redoublement devient désormais une décision exceptionnelle, prise en accord avec les parents et entraînant un accompagnement spécifique des élèves.

Les articles concernant le redoublement, qui entrent en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2015, disposent notamment que le redoublement intervient "pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires" . Il "intervient avec l’accord écrit des représentants légaux de l’élève ou de l’élève lui-même, si celui-ci est majeur", ajoute le décret. "En cas de redoublement, un dispositif d’aide est mis en place, qui peut s’inscrire dans un programme personnalisé de réussite éducative", précise le texte.

9 mesures pour les écoles de Seine-Saint-Denis

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a annoncé des mesures spécifiques pour les écoles de Seine-Saint-Denis, mercredi 19 novembre 2014.

Des ambitions fortes pour la nouvelle éducation prioritaire

 La nouvelle éducation prioritaire, c’est une nouvelle carte des réseaux pour que les territoires qui en ont le plus besoin bénéficient de cette refondation. À la rentrée 2014, 102 réseaux d’éducation prioritaire+ (Rep+) préfigurent la nouvelle politique d'éducation prioritaire. Pour la rentrée 2015, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la répartition académique des 350 Rep+ et des 732 Rep : "Mes ambitions sont fortes. La nouvelle éducation prioritaire, c’est plus de moyens humains et financiers au service de la réussite de tous les élèves, une pédagogie repensée, une école plus accueillante pour les parents."

Éducation prioritaire : un site de référence renouvelé

Un site de référence organisé autour des priorités du référentiel de l’éducation prioritaire : maîtriser le lire, écrire, parler et enseigner plus explicitement, conforter une école bienveillante et exigeante, coopérer avec les parents et les partenaires, favoriser le travail collectif, soutenir, former et accompagner les personnels, renforcer le pilotage et l’animation des réseaux.