Photo de deux enfants à la Biennale d'art contemporain de Lyon.

L'éducation artistique et culturelle : une priorité pour la jeunesse

Mis à jour le 16 février 2016 - Project led by Audrey Azoulay, Najat Vallaud-Belkacem
Le plan en faveur de l'éducation artistique et culturelle (EAC) a bénéficié en trois ans d'une augmentation de 33% de ses crédits. Le "parcours d'éducation artistique et culturel" de l'élève, instauré par la loi de refondation de l'école permet chaque jour à plus de jeunes d'accéder à la culture sous toutes ses formes et de développer une pratique artistique. Suite aux attentats, le Gouvernement a décidé de renforcer l'EAC, en donnant la priorité aux pratiques artistiques collectives dès le plus jeune âge, ainsi que l'éducation aux médias et à l'information.
Décret3 mai 2013La signature d'une circulaire commune aux deux ministres de la Culture et de l’Éducation nationale met en place les conditions nécessaires à la réussite du projet, lequel relève en premier lieu de la cohérence entre les politiques déployées par les deux ministères.
Loi8 juillet 2013Le ministère de la Culture et de la Communication prend pleinement acte des enjeux portés par la loi pour la Refondation de l’école, notamment la réforme des rythmes scolaires qui doit permettre de favoriser l'éducation culturelle et artistiques de tous les élèves grâce aux activités périscolaires.
Grand Projet16 septembre 2013Aurélie Filippetti, alors ministre de la Culture et de la Communication, introduit le "Grand projet pour l’éducation artistique et culturelle, une priorité pour la jeunesse".
PLF 20151er octobre 2014En progression de 0,3%, le projet de loi de finances pour 2015 traduit une inflexion significative par rapport aux efforts consentis sur la période 2012-2014. Il réaffirme l’importance de la culture et des industries culturelles pour le Gouvernement.
Mobilisation22 janvier 2015Après les attentats des 7,8 et 9 janvier 2015, Fleur Pellerin mobilise l'ensemble des services du ministère de la Culture en faveur de l'éducation artistique et culturelle, de l'éducation aux médias et des initiatives culturelles.
Orientations 201511 février 2015Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin présentent leur plan d'actions pour 2015 qui doit permettre à l'EAC de "changer d'échelle". A noter la forte présence du volet éducation aux médias et à l’information dans le plan présenté par les deux ministres.
Médias citoyens14 avril 2015Fleur Pellerin lance un appel à projets national doté d'un million d'euros pour soutenir les médias citoyens et les médias de proximité, pour développer la parole citoyenne.
Assises17 avril 2015Lancement des Assises de la jeune création dont les conclusions seront annoncées en juillet. Elles proposeront notamment des mesures visant à favoriser la reconnaissance de la diversité des pratiques artistiques comme le street art ou le hip hop.
Plan d'action9 juin 2015A l'occasion de la première réunion conjointe, présidée par Fleur Pellerin et Najat Vallaud-Belkacem, des recteurs d'académie et des Directeurs régionaux des affaires culturelles (DRAC), les deux ministres présentent le référentiel de la feuille de route qui doit permettre la mise en place du parcours d’éducation artistique et culturel à la rentrée 2015, du CP à la terminale. Trois nouvelles initiatives sont notamment mises à la disposition des enseignants.

Le contexte

La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013, en son article 6, fait de l’éducation artistique et culturelle le principal vecteur de connaissance du patrimoine culturel et de la création contemporaine, et de développement de la créativité et des pratiques artistiques. Elle a institué un "parcours d’éducation artistique et culturelle" de l'élève, mis en œuvre progressivement depuis la rentrée 2013. Sur l'année scolaire 2013-2014, près de 29% des élèves scolarisés dans le primaire et le secondaire ont bénéficié d’actions d’EAC.
Parallèlement, le ministère de la Culture et de la Communication accompagne la mise en place des nouveaux rythmes éducatifs, en appui aux collectivités territoriales.

La priorité accordée à la jeunesse est réaffirmée par le nouvel élan, traduit en terme budgétaire, souhaité pour le plan en faveur de l’EAC : + 7,5 millions d'euros en 2014, et + 10 millions en 2015. De quoi financer 1000 nouveaux projets par an.

Après les attentats,  l'éducation des jeunes générations est plus que jamais une priorité du Gouvernement. En parallèle de la Grande mobilisation de l'École pour les valeurs de la République, Fleur Pellerin a mobilisé les services du ministère de la Culture et de la Communication et réuni l'ensemble des directeurs régionaux des affaires culturelles, afin de recenser toutes les bonnes pratiques existant en matière d'éducation artistique et culturelle et d'éducation aux médias, et d'impulser de nouvelles initiatives.
Une attention particulière sera portée sur les "zones blanches de la culture" et les moyens à mettre en oeuvre pour renforcer la présence culturelle dans tous les territoires trop éloignés de la culture (quartiers prioritaires de la politique de la ville, des zones rurales ou périurbaines). Pour la ministre, "grâce à la culture, nous préparons le monde pour les générations futures. C’est pour cela que personne ne doit demeurer à l’écart de cette culture, car c’est elle qui assure la cohésion de notre communauté nationale."

Les efforts porteront notamment sur un changement d'échelle des actions en faveur de l'éducation artistique et culturelle, de l'éducation aux médias et sur une orientation plus affirmée des interventions en faveur des territoires prioritaires. Mais aussi sur une meilleure prise en compte de la diversité des pratiques et des modes d'accès à la culture de la jeunesse, intégrant notamment la place prise par le numérique.

De quoi s'agit-il ?

L'éducation artistique et culturelle au service de la citoyenneté



 

Dans le cadre de la mise en œuvre du Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du 6 mars 2015, le ministère de la Culture et de la Communication a engagé une action déterminée atour d'axes structurants qui visent à favoriser l'exercice de la citoyenneté et le vivre ensemble.

Mettre la culture au service de la citoyenneté et des valeurs républicaines
Le Gouvernement a d’ores et déjà engagé plusieurs actions : lancement de l’appel à projet national pour le développement des médias de proximité, signature d’une convention pour le développement du service civique dans le secteur culturel, lancement de l’appel à projet national pour favoriser la maîtrise et la pratique du français par les actions culturelles. En outre, 10 films, sélectionnés pour les valeurs et les qualités qu’ils expriment, seront offerts par le Centre national du cinéma et de l’image animée et le ministère de l’Éducation nationale aux écoles et collèges pour la rentrée scolaire 2015/2016.

Replacer la culture au cœur de l’éducation pour la jeunesse
6 millions d'euros ont été mobilisés début avril pour permettre de doubler dans les territoires les actions en faveur des pratiques artistiques et culturelles collectives des élèves. Par ailleurs, chaque école, collège ou lycée, sera incité à nouer un partenariat privilégié avec l’un ou plusieurs des 350 lieux patrimoniaux et de mémoire mobilisés en faveur de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Favoriser l’accès de tous à la culture
Chaque contrat de ville dispose d’un volet culturel qui permettra de concentrer les actions en matière d’éducation artistique et culturelle, de renforcer la présence des artistes et de mobiliser en particulier les opérateurs culturels nationaux et territoriaux. Le réseau des bibliothèques et médiathèques représente le premier service public culturel de proximité : une réflexion sur les horaires d’ouverture de ces lieux a été confiée à Mme Sylvie Robert, sénatrice.

Affirmer la diversité culturelle, à l’image de la société française, comme une richesse et reconnaître la pluralité des pratiques
C’est un des objectif des Assises de la jeune création, lancées en mai 2015, mais aussi de la prise en compte des cultures urbaines, tant par la commande publique (art urbain) que dans le réseau des conservatoires et des scènes de musique actuelle (rap, hip hop…). Il faut aussi promouvoir la diversité et la lutte contre les stéréotypes dans les médias audiovisuels.


Le nouveau plan national pour la rentrée 2015 est lancé


Mardi 9 juin, Fleur Pellerin et Najat Vallaud-Belkacem ont présidé la première réunion conjointe des recteurs et des Directeurs régionaux aux affaires culturelles (DRAC) à la Cinémathèque française. Il s'agissait notamment de présenter le référentiel du parcours d’éducation artistique et culturel que le conseil supérieur de l’éducation a adopté pour la rentrée 2015.



L'objectif : "ouvrir les portes", encore davantage. "Ouvrir à nos élèves les portes des théâtres, des salles d’exposition… Ouvrir aux artistes celles des classes pour y faire naître d’inoubliables émotions", a expliqué la ministre de l'Education nationale.

Afin qu’elle dessine pour chacun d’eux un parcours cohérent, c’est l’ensemble des acteurs de l’Éducation Nationale et de la culture qui doivent épouser une même démarche nationale, déclinée au plus près des réalités du territoire. Afin que l'EAC puisse s’appuyer au mieux sur les ressources locales, le Gouvernement renforce les moyens des Délégations Académiques aux Arts et à la Culture, par la création de postes de Délégué adjoint dans les académies les moins dotées. Et comme annoncé en février, 8 millions d’euros sont également débloqués à destination des projets collectifs dans les établissements.


Culture, médias, ressources : 3 axes pour changer d'echelle en 2015


Faire de la culture, dès le plus jeune âge, un facteur d’inclusion, d’émancipation, de réussite éducative : tel est, pour Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin, l’objectif de la feuille de route pour l’éducation artistique et culturelle qu’elles ont présenté le 11 février. Les ministres s’appuient sur un programme spécifique proposé par le Conseil supérieur des programmes, adopté au printemps 2015, et sur une généralisation des expériences d’éducation artistique menées par le ministère de la Culture et de la Communication dans trois régions test.




 
  • La formation des enseignants sera renforcée,notamment en associant des d’artistes aux écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE). Ces expérimentations seront engagées dès 2015 avec le partenariat entre l’ESPE d’Aix-Marseille et le ballet Preljocaj, et la perspective de partenariats entre l’École du Louvre, les grands musées nationaux et les ESPE de Paris, Créteil et Versailles.
  • De nouvelles pratiques artistiques collectives seront mises en place, notamment avec la création de l’opération "l’École en chœur". Autres initiatives envisagées : le soutien des expériences d’orchestres à l’école en lien avec les conservatoires volontaires, et le développement des dispositifs de pratiques scéniques et d’improvisation.
  • Les programmes d’incitation à la lecture et d’expression orale seront développés en s’appuyant sur les bibliothèques et médiathèques. Quatre axes sont privilégiés : les pratiques artistiques de l’oralité, les projets où la langue est objet de création, les projets ouvrant sur d’autres langues, les projets où la langue renouvelle la médiation des œuvres.
  • L’expérience conduite à l’occasion de la Nuit des musées, consistant à permettre aux jeunes d’être passeurs de culture dans le cadre du partenariat "La classe, l’œuvre" entre les établissements scolaires et 350 musées en France, sera renforcée.
  • Une Journée des arts et de la culture à l’école sera instituée, dès le printemps 2015. Elle sera l’occasion d’un temps de rencontre et d’échange avec les familles sur les projets engagés sur les temps scolaire et périscolaire.
Le 11 février, les ministres ont choisi, pour préciser leurs annonces, d'effectuer une visite au collège Paul-Bert de Malakoff : il proposait ce jour là un atelier théâtre en cours de français, une webradio, une rencontre avec le dessinateur de presse Plantu... "Nous voulions illustrer, avec ce collège assez en avance, ce que nous voulons faire dans tous les établissements à partir de la rentrée 2015", a expliqué Najat Vallaud-Belkacem.



A noter la forte présence du volet éducation aux médias et à l’information dans le plan présenté par les deux ministres. "Il s’agit d’apprendre à rechercher des sources fiables, à aiguiser son esprit critique et à se forger une opinion, compétences essentielles pour exercer une citoyenneté éclairée et responsable en démocratie. Aujourd’hui, nous sommes dans une réflexion de fond autour de l'acquisition des réflexes et des valeurs de la citoyenneté", a expliqué Fleur Pellerin.

Le 3e axe concerne la mise en place d'une stratégie commune en matières de ressources numériques.
Les ressources culturelles numériques existent ; elles sont nombreuses, souvent de très grande qualité, mais en règle générale pas assez connues.


 
  • Un nouveau portail, destiné aux enseignants, aux élèves et aux famille, centralisera et orientera vers les multiples ressources mises à disposition par les acteurs de la culture, de l’éducation et des médias. Il sera disponible dès la rentrée 2015.
  • L’accès à la création artistique numérique sera également encouragé, notamment à travers des séances d’initiation. Les pratiques créatives des jeunes, non seulement renouvellent les projets d’EAC, mais constituent également des champs d’innovation pour faire entrer l’école dans l’ère du numérique.
  • L’outil numérique permet de nouvelles pratiques de médiation culturelle dans le cadre de rencontres avec les œuvres et les artistes qui pourront être accompagnées d’un travail de compte rendu présenté dans un portfolio numérique. L’application Folios sera étendue à la rentrée 2015 pour être généralisée dès la rentrée 2016.
 
Photo de Fleur Pellerin et Najat Vallaud-Belkacem avec les élèves d'un atelier radio à l'école Paul Bert de Malakoff.
Éducation aux médias et à l’information : développer l’esprit critique
Les récents événements ont montré l’impératif pour chaque jeune de maîtriser la lecture, le décryptage de l’information et de l’image, dans les médias, sur Internet et les réseaux sociaux.
  •  Un renforcement des contenus de l’éducation aux médias et à l’information dans les programmes de l’école élémentaire et du collège est prévu. La pratique de l’argumentation et du débat dans les classes sera développée dès l’école élémentaire.
  • Le ministère de l’Éducation nationale veillera à ce que chaque collège et chaque lycée s’équipe d’un média (journal, radio, site web). Il disposera de moyens dédiés.
  • Pour faire découvrir le monde des médias, est prévue l’intervention d’acteurs issus du monde de la presse et des médias dans les établissements sera dévelopée, grâce notamment au Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (Clemi). Le ministère de la Culture et de la Communication réactivera le dispositif de soutien aux médias de proximité et lancera un appel à projets spécifique du fonds stratégique du développement de la presse pour disposer d’outils plus innovants en faveur de l’éducation aux médias. Il orientera le fonds de soutien aux radios associatives en faveur des quartiers prioritaires.
  • Le rôle de l’audiovisuel public dans l’éducation aux médias sera réaffirmé sur deux plans : par la création de contenus éducatifs disponibles sur tous supports (TV,tablette, ordinateur, smartphone) ; en mobilisant les rédactions régionales de Radio France (France Bleu) et de France Télévisions (France 3) dans l’éducation aux médias.


CRÉER LES CONDITIONS D’UNE AMBITION NATIONALE


"Il faut repenser l'accès aux arts et à la culture à l'aune des nouvelles générations, en partant de leurs codes, de leurs désirs d'expression", expliquait Fleur Pellerin, nouvelle ministre de la Culture et de la Communication, le 23 septembre 2014 dans les colonnes du Monde. Repenser l'accès à la culture des jeunes générations constitue l'une des trois priorités politiques de Fleur Pellerin.
"En 2015, les dotations du Plan en faveur de l'EAC auront augmenté de 33 % par rapport à 2012 ; c'est un premier acquis. Le chemin reste à parcourir sur leur utilisation : aujourd'hui, un quart des adolescents ont bénéficié d'un parcours d'éducation artistique ou culturelle. C'est loin d'être suffisant. Ouvrir l'accès à la culture, c'est donner l'accès physique aux œuvres, mais aussi les clés de compréhension."
 
Photo de Fleur Pellerin sortant de l'Elysée
L'objectif, ce n'est pas seulement que 100% d'une classe d'âge ait vu La Joconde ou écouté Don Giovanni. Aujourd'hui, les jeunes sont connectés. Ils ont une expérience artistique qui leur est propre avec des pratiques spontanées sur lesquelles il faut s'appuyer. Il y a ceux qui chantent dans les chorales, ceux qui graffent sur les murs, ceux qui font des dons sur des plates-formes de financement participatif. Il faut susciter des millions de petites épiphanies individuelles.
Fleur Pellerin
Le Monde du 23 septembre 2014

 

La consultation nationale, lancée le 21 novembre 2012 par le ministère de la Culture et de la Communication, avait ouvert le grand chantier de l’éducation artistique et culturelle en prenant en compte l’expérience, riche et multiple, des acteurs sur ce sujet. Une communication en Conseil des ministres développait la notion de "parcours" articulant les différents temps de l’enfant et rappelait les trois piliers de l’EAC :
 
  • permettre à tous les élèves de se constituer une culture personnelle riche et cohérente tout au long de leur parcours scolaire ;
  • développer et renforcer leur pratique artistique ;
  • permettre la rencontre des artistes et des œuvres, la fréquentation de lieux culturels.
Le ministère a engagé la construction d’un cadre contractuel avec les autres ministères via la signature de conventions bilatérales intégrant l’enjeu de l’éducation artistique et culturelle (convention culture université, culture et politique de la ville, culture jeunesse, etc.).
 

DES MOYENS RENFORCÉS AU SERVICE DES TERRITOIRES

 
40,7 millions
pour l'EAC dans le budget 2015
soit une augmentation de 2,5 millions d'euros (+6,5%)

Le Gouvernement s’était engagé à augmenter de 10 millions d'euros le budget exclusivement dédié à l’éducation artistique et culturelle, soit une augmentation d’un tiers des crédits existants d’ici à 2015. Cet engagement est tenu dans le PLF 2015.

Les moyens supplémentaires dédiés au Plan EAC permettent d’atteindre un budget total de 40,7 millions d'euros (contre 30 en 2012), auxquels s’ajoutent 36,33 millions d'euros dédiés à l’accès à la culture pour tous.

Ce plan s’est développé grâce à un nouveau cadre de référence qui permet à chaque jeune de bénéficier de propositions cohérentes entre les temps scolaire, périscolaire et extrascolaire, notamment à travers les projets éducatifs territoriaux (PEDT). En effet, l’EAC s’inscrit dans la loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l’école de la République, qui a été appliquée par l’institution d’un parcours d’éducation artistique et culturelle.

De l'école au lycée, ce parcours a pour ambition de favoriser l'égal accès de tous les élèves à l'art à travers l'acquisition d'une culture artistique personnelle. Il fait l'objet d'une circulaire interministérielle, publiée le 9 mai 2013, qui en précise les principes et les modalités. Il se met en œuvre depuis la rentrée 2013, en s’appuyant sur les enseignements artistiques proposés dans les écoles et les établissements. Il doit avant tout permettre à chaque élève d’aborder, dans leur diversité, les grands domaines des arts et de la culture, et de valoriser les activités auxquelles il prend part, y compris en dehors de l’école. Il favorise aussi la cohésion au sein de l’école ou de l’établissement en mobilisant élèves, enseignants et parents autour de projets artistiques et culturels, et encourage une plus grande ouverture des établissements scolaires sur leur environnement culturel proche.
 
Le ministère de la Culture s’est efforcé d’associer l’ensemble des acteurs publics (collectivités territoriales, autres ministères menant des actions éducatives) ou privés (équipes artistiques, associations) afin de construire un partenariat élargi partant des territoires, de leurs acquis et potentiels propres, pour les développer sans promouvoir pour autant un modèle uniforme.

Une attention particulière a été portée aux jeunes scolarisés dans les lycées professionnels, en apprentissage et insérés dans la vie professionnelle ou en situation de réinsertion.
 
7/7
le budget 2015 pour la culture prévoit les moyens nécessaires à l’ouverture 7 jours sur 7 du château de Versailles et des musées du Louvre et d’Orsay
Enfin, cette politique bénéficie aussi des actions assurées par les institutions culturelles du ministère, notamment les établissements publics et les structures labellisées et réseaux soutenus en région, comme ceux du spectacle vivant et des arts plastiques.

Les crédits d’accès à la culture et de l’EAC sont très majoritairement (87% et 93%) délégués aux directions régionales des affaires culturelles et accompagnent les démarches des collectivités territoriales qui développent leur action dans un cadre contractuel pluriannuel (projet éducatif territorial, convention de développement culturel, plan local d’éducation artistique et culturelle, contrat local d’éducation artistique, contrat de ville etc.).

L’Etat veille à la déconcentration des crédits supplémentaires afin de mieux répartir l’effort public entre Paris et les régions. Ce rééquilibrage passe par l’identification de territoires prioritaires auxquels seront consacrés au moins 30% des nouveaux crédits tandis que des projets pilotes sont lancés dans les départements d'outre-mer.
 
Budget 2015 : la culture reste une priorité
Tout en participant à l’effort commun de redressement des comptes publics, le ministère de la Culture et de la Communication bénéficiera en 2015 d’un budget total de 7 milliards d’euros, soit une hausse de 0,3 %. Ce budget 2015 réaffirme ainsi l’importance de la culture et des industries culturelles pour le Gouvernement, et répond à la volonté de Fleur Pellerin de "sortir des discours déclinistes et d’impulser un esprit de conquête".
En outre, le 7 janvier 2015, le Premier ministre a annoncé le dégel immédiat des crédits des missions création et transmission des savoirs. Le budget de ces mêmes missions sera augmenté en 2016.
Il permet de répondre de façon satisfaisante aux priorités suivantes : développer les moyens dédiés à l’éducation artistique et culturelle ; poursuivre l’accompagnement des établissements d’enseignement supérieur culture ; stabiliser les moyens attribués à l’audiovisuel public ; maintenir les capacités d’action de l’État en région ; accompagner les secteurs en mutation (presse, livre ou encore spectacle vivant) ; favoriser le rayonnement de notre patrimoine national ; enfin maintenir l’effort en faveur de la création.
 

MOBILISER TOUTES LES FORCES


L'engagement de l'audiovisuel public sur l'EAC
L’audiovisuel public constitue un atout majeur pour généraliser et valoriser les projets d’éducation artistique et culturelle. Au-delà de l’offre culturelle de ses chaînes, l’audiovisuel public s’engage à prendre en compte l’éducation et l’éveil aux arts et à la culture dans le cadre de son offre éducative numérique. Il poursuivra notamment le développement de son offre de contenus audiovisuels et radiophoniques enrichis pédagogiquement et établis pour un apprentissage interactif, ceci sur tous les supports (TV, tablettes, mobiles et web).

Photo de Fleur Pellerin et Najat Vallaud-Belkacem participant à un atelier France Info avec des collégiensLe 15 octobre 2014, Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin ont signé une convention inédite avec Radio France en faveur de l’éducation artistique et culturelle. Elles ont profité de cette visite à la Maison de la radio pour présenter leur feuille de route commune pour une politique d’EAC dynamique et ouverte
Cette convention vise à accompagner, par l’utilisation des ressources et compétences de Radio France, la mise en œuvre des enseignements et activités d’éducation artistique et culturelle. Elle a pour ambition de faire découvrir aux élèves, de l’école primaire au lycée, les contenus produits par Radio France, de leur donner le goût de la musique vivante, comme celui de la lecture et du théâtre, ainsi que de leur faire partager la passion des débats, de l’information en temps réel et de la critique cinématographique.
 
La mobilisation du secteur privé
L'innovation, c’est aussi la mobilisation de la responsabilité sociale et sociétale des entreprises. Plusieurs grands mécènes ont d’ores et déjà fait part de leur volonté d’accompagner, à très grande échelle, les projets d’éducation artistique et culturelle. L’Etat a, par ailleurs, été à l’initiative du fonds de dotation InPACT qui permet à des entreprises privées à l’échelle des territoires de s’engager, sans aucune contrepartie, en faveur de projets culturels.

Le numérique, levier de création, d'innovation et de transmission des savoirs
Le numérique contribue à la modernisation et la diversification des outils de l'EAC. Il doit irriguer de manière pérenne les trois piliers de l’EAC.
Le lancement de la fresque de l’Ina autour des œuvres du spectacle vivant constitue un exemple concret de la stratégie qu'attend le ministère de ses opérateurs, autour d'un travail de conceptualisation créatif et ergonomique d'une offre numérique publique de qualité venant en soutien du parcours d’EAC.

Le rôle des grandes institutions patrimoniales
Leurs projets doivent obligatoirement prévoir un chapitre "éducation artistique". Le musée du Louvre va ainsi consacrer une partie de son aile Richelieu aux ateliers pour les enfants et autres programmes de formation. Un grand projet d'éducation artistique doit aussi voir le jour sur le site parisien de la Villette.
Gouvernement.fr vous propose de recevoir des informations personnalisées sur les thématiques qui vous concernent. Abonnez-vous à infos@gouv

Où en est-on ?

Éducation artistique et culturelle : de nouvelles initiatives à la disposition des enseignants

Parcours d'Éducation artistique et culturelle #ÉducArt : de nouvelles initiatives à la disposition des enseignants. pic.twitter.com/l6SQaQijIc


Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin ont organisé une réunion conjointe de travail entre les recteurs d’académie et les directeurs régionaux des affaires culturelles (Drac), sur la mise en œuvre du plan national pour l’éducation artistique et culturelle.

"Chaque établissement doit proposer une ouverture à l’art et à la culture. Qu’il s’agisse des territoires ruraux, de ceux de la politique de la ville ou des outre-mer, c’est à l’échelle locale que le parcours doit être pensé et mis en oeuvre. Chaque enfant et chaque jeune, et je pense notamment à tous ceux qui sont en situation de handicap, doit avoir accès aux merveilles déposées par le génie humain dans l’histoire universelle, mais aussi dans son environnement culturel immédiat", a déclaré la ministre de l'Education nationale.

Elle a rappelé que pour ce faire, comme annoncé en février, "8 millions d’euros seront débloqués à destination des projets collectifs dans les établissements".

Voir le site Eduthèque

 

Quatre axes pour favoriser l’exercice de la citoyenneté et le vivre ensemble par la culture

Fleur Pellerin, lors du Conseil des ministres du 3 juin, a réaffirmé, dans la suite du Comité interministériel à l’égalité et à la Citoyenneté du 6 mars 2015, la mobilisation des opérateurs du ministère, de ses agents, des femmes et des hommes qui donnent vie à ses orientations, ainsi que ses premiers partenaires, les collectivités territoriales, autour de 4 axes structurants qui visent à favoriser l’exercice de la citoyenneté et le vivre ensemble par la culture :

- mettre la culture au service de la citoyenneté et des valeurs républicaines ;

- replacer la culture au cœur de l’éducation pour la jeunesse. Ainsi, ce sont 6 millions d’euros qui ont été mobilisés début avril pour permettre de doubler dans les territoires, en lien avec les collectivités locales, les actions de pratiques artistiques et culturelles collectives des élèves ;

- favoriser l’accès de tous à la culture. Le ministère  renforce son action en direction des territoires, quartiers ou zones les moins bien desservis par l’offre culturelle ;

- affirmer la diversité culturelle, à l’image de notre société, comme une richesse et reconnaître la pluralité des pratiques, enjeu fondamental de la politique culturelle.

 

1 million d’euros pour favoriser la maîtrise du français

Langue maternelle pour les uns, langue du pays d’accueil pour d’autres, la langue française permet la communication entre tous. Sa maîtrise est une composante essentielle du vivre ensemble. Le ministère de la Culture a donc décidé de lancer un appel à projets national, doté d’un million d’euros, pour soutenir "l’action culturelle au service de la maîtrise du français et pour réduire les inégalités linguistiques. Il s’inscrit en complément des actions relatives à la pratique de la langue française qui peuvent être développées pour les publics scolaires, hors temps scolaire, dans le cadre de la politique d’éducation artistique et culturelle.

Les publics prioritaires visés par l’appel : les publics scolaires en insécurité linguistique lorsque le projet vise à amplifier des actions d’éducation artistique et culturelle conduites hors temps scolaire pour favoriser la maîtrise du français ; les 16-25 ans sans qualification et sans emploi ; les personnes détenues, adultes ou mineurs, ainsi que les mineurs sous main de justice ; les étrangers allophones (hors dispositif de formation linguistique dans le cadre du contrat d’accueil et d’intégration) ; les personnes en situation d’illettrisme.

Clôture de l’appel à projets : 20 juillet 2015

Formulaire de candidature

Prise en compte de la dimension culturelle dans les contrats de ville : une instruction envoyée aux préfets

Favoriser les accès à la culture et la reconnaissance de la diversité culturelle ainsi que faciliter les conditions d'expression, notamment des jeunes. Des objectifs affirmés lors de la signature d'une convention avec le ministère de la Culture en 2014, confirmés à l'issue du Comité interministériel pour l'égalité et la citoyenneté du 6 mars 2015.

Dans une instruction envoyée au corps préfectoral, aux directeurs régionaux des affaires culturelles et aux directeurs des affaires culturelles, Patrick Kanner, Myriam El Khomri et Fleur Pellerin ont précisé les conditions et les axes de mobilisation des politiques publiques du champ culturel et artistique dans le cadre de la signature des contrats de ville, actuellement en cours.

Lire la circulaire relative à l’intégration des enjeux culturels au sein des contrats de ville

"Citoyens de la culture" : 16 000 missions de service civique d'ici à 2016

"Citoyens de la #culture": 16.000 missions de @ServiceCivique d’ici fin 2016 dont 6.000 dès 2015 @fleurpellerin pic.twitter.com/ImATWCA4XK

Les nouvelles missions du Service Civique "Citoyens de la Culture" porteront sur 2 thématiques, reflet des priorités du Gouvernement :
- favoriser l’accès de tous à la culture, parce qu’il faut porter l’offre culturelle au plus près des populations, notamment les plus éloignées de celle-ci ;
- mettre la culture au service des valeurs républicaines, pour conforter le sens et l’attachement républicain.
Les volontaires seront accueillis au sein des établissements publics du ministère de la Culture, des associations partenaires et des collectivités territoriales.

Pour garantir la qualité et l’intérêt des missions qui seront proposées aux jeunes volontaires, Fleur Pellerin et Patrick Kanner ont en outre décidé d’édicter une charte du service civique dans le secteur culturel.

Enfin, un programme expérimental "culture et quartiers" sera bientôt lancé dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville avec l’objectif d’inclure le plus grand nombre de jeunes dans les missions du secteur culture, en favorisant la diversité et la mixité.

Consulter le dossier de presse Lancement du grand programme "Citoyens de la culture"

Assises de la jeune création : le temps de l’action

Résolument tournées vers la jeunesse, les Assises de la jeune création vont amorcer, selon Fleur Pellerin, une "dynamique de travail" réunissant jusqu’au 30 mai sur l’ensemble du territoire les jeunes talents de tous horizons, mais aussi des représentants d’établissements d’enseignement supérieur, d’organisations professionnelles, d’opérateurs culturels...

Centrés sur l’échange et le débat, 6 groupes de travail vont engager, des discussions libres "autour d’enjeux structurants" pour "favoriser l’échange des bonnes pratiques, des expériences de terrain et [de] proposer des solutions innovantes". L’enjeu : faire émerger des solutions. Résultats attendus par Fleur Pellerin dans la seconde quinzaine de juin.

Renforcer l’éducation aux médias et à l’information à l’école

#spme2015 @najatvb et @fleurpellerin au collège Flavien à Paris pour lancer la Semaine de la presse & médias @LaSpme pic.twitter.com/bimrd2gYZ1


Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin ont lancé la 26e Semaine de la presse et des médias dans l’École qui a pour thème cette année "la liberté d’expression, ça s’apprend".

A cette occasion, la ministre de l'Education nationale a signé avec France Télévisions une convention de partenariat sur l’éducation aux médias et à l’information. Cette convention vise 3 objectifs :

- travailler à la formation des enseignants, notamment par la construction d’outils audiovisuels de formation pour les enseignants sur l’éducation aux médias ;
- renforcer l’intervention des journalistes de France Télévisions dans les classes, pour apprendre à décrypter les programmes d’information et donner la place aux débats avec les élèves ;
-  développer ensemble des programmes d’actualité à destination des plus jeunes, pour leur donner le goût de la presse et des médias d’information.


Semaine de la presse et des médias dans l'École, du 23 au 28 mars

La 26e Semaine de la presse et des médias dans l’École a pour thème : "La liberté d'expression, ça s'apprend". Elle est organisée du lundi 23 au samedi 28 mars 2015.

L’éducation des élèves aux médias et à l’information s’impose comme un enseignement au pluralisme, à la liberté d’opinion, à la liberté d’expression et au respect du débat démocratique dans une République laïque. C’est un enjeu de citoyenneté majeur pour apprendre le vivre ensemble.

Nouveauté 2015 : l'ouverture aux familles. Les 28 et 29 mars, les médias partenaires seront invités à organiser des portes ouvertes afin d'associer les familles plus largement à cette opération. Il s'agit ainsi de favoriser la continuité pédagogique dans et hors l'école, tout en valorisant les productions des jeunes auprès des adultes et en encourageant le dialogue intergénérationnel.

Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin ont présenté leurs orientations pour l'Education artistique et culturelle et l'éducation aux médias

Pour accompagner la généralisation d’une éducation culturelle et artistique de qualité, la formation des enseignants sera renforcée au sein des ESPE. Des formations croisées entre acteurs culturels, enseignants, acteurs de l’éducation populaire seront organisées à l’échelle régionale par les pôles régionaux d'éducation artistique et culturelle. 
Le Gouvernement entend donner la priorité à toutes les pratiques artistiques collectives dès le plus jeune âge. A ce titre, la pratique du théâtre, de l’improvisation, de la danse sera développée.

Concernant l'éducation aux médias, les récents événements ont montré l’impératif pour chaque jeune de maîtriser la lecture, le décryptage de l’information et de l’image, dans les médias, sur Internet et les réseaux sociaux. Dans le cadre de l’instauration d’un parcours citoyen, le ministère de l’Éducation nationale a demandé au Conseil supérieur des programmes de renforcer les contenus de l’éducation aux médias et à l’information dans les programmes de l’école élémentaire et du collège.

La pratique de l’argumentation et du débat dans les classes sera développée dès l’école élémentaire.

Parce que l’éducation aux médias passe aussi par la mobilisation des élèves eux-mêmes, le ministère  veillera à ce qu’au sein de chaque collège et chaque lycée, soit créé un média (journal, radio, plateforme collaborative). L’intervention d’acteurs issus du monde de la presse et des médias dans les établissements sera développée. L'audiovisuel public jouera un rôle central. En savoir plus.

Education artistique et culturelle : entretien avec Fleur Pellerin

"La politique que nous menons de manière volontariste en faveur de l’éducation artistique et culturelle, pour permettre au plus grand nombre d’accéder aux œuvres de l’esprit, est justement entièrement pensée et faite pour que l’art ne soit pas réservé à une élite qui serait capable, seule, de comprendre, parce qu’elle serait seule à en détenir les codes."
Retrouvez en ligne l'entretien de Fleur Pellerin avec Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC

Un engagement fort en faveur de l'Éducation artistique et culturelle avec Radio France

Avec @fleurpellerin notre ambition pr l'éducation artistique & culturelle est grande. Ce sera notre priorité commune. pic.twitter.com/uk50WmyH9c


Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin ont signé une convention inédite avec Radio France. Cette convention vise à accompagner, par l’utilisation des ressources et compétences de Radio France, la mise en œuvre des enseignements et activités d’éducation artistique et culturelle. Elle a pour ambition de faire découvrir aux élèves, de l’école primaire au lycée, les contenus produits par Radio France, de leur donner le goût de la musique vivante, comme celui de la lecture et du théâtre, ainsi que de leur faire partager la passion des débats, de l’information en temps réel et de la critique cinématographique.

Les ministres ont annoncé une ambitieuse feuille de route pour l'éducation artistique et culturelle, qui sera leur priorité commune.

Fleur Pellerin : "Libérer les énergies créatives"

Fleur Pellerin a présenté, devant la Commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, sa "feuille de route", comprenant un projet de loi sur la liberté de création, l'architecture et le patrimoine. "Avec ce projet de loi, a souligné la ministre, mon objectif sera de libérer les énergies créatives au service du dynamisme de notre pays". Elle a également présenté 3 priorités d'action pour son ministère : repenser l'accès à la culture pour les jeunes générations ; renforcer le rayonnement de la France ; encourager un renouveau créatif.