19 janvier 2017

230 personnes réunies à Rennes pour lutter contre l’habitat indigne

La première journée inter-régionale des Pôles départementaux de lutte contre l’habitat indigne des 4 régions du Nord-Ouest de la France organisée par la DIHAL avec l’appui des services de l’Etat, la ville et Rennes Métropole, s’est tenue à Rennes le 19 janvier.
 
L’habitat indigne présentant un risque pour la santé ou la sécurité des occupants et des tiers est estimé à ce jour à 420 000 logements du parc privé en France métropolitaine, soit un million de personnes, pour moitié des propriétaires-occupants et pour moitié des locataires. Dans l’objectif de renforcer les actions de lutte contre l’habitat indigne, une journée interrégionale des Pôles départementaux de lutte contre l’habitat indigne des 4 régions du Nord-Ouest de la France s’est tenue à Rennes le 19 janvier, organisée par la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement avec l’appui des services de l’Etat, la ville et Rennes Métropole. La veille les participants ont bénéficié de visites d’opérations concrètes visant à lutter contre l’habitat indigne.
 
Les membres des 20 Pôles départementaux de lutte contre l’habitat indigne (PDLHI) concernés, leurs partenaires, élus et techniciens des collectivités locales des régions Bretagne, Normandie, Pays-de-la-Loire et Centre-Val-de Loire, ainsi que des acteurs d’autres régions ont partagé expériences et questionnements. L’amphithéâtre a fait le plein, accueillant 230 personnes et notamment des collectivités intéressées à partager leurs démarches.
 
La matinée, consacrée au "jeu d’acteurs", des pôles départementaux a mis l’accent sur l’importance du pilotage des PDLHI par le corps préfectoral, la nouvelle implication des Établissements publics de coopération intercommunale parmi les acteurs de la LHI, le lien déterminant avec la Justice, etc. L’après-midi les échanges ont porté sur les outils de lutte contre l’habitat indigne, la question essentielle du suivi des arrêtés, les actions et expériences en amont des projets de lutte contre l’habitat indigne, la conservation des allocations logements en cas de non décence et les nouveaux outils pour travailler sur les copropriétés dégradées.
 
Les nombreux échanges autour de bonnes pratiques, des outils opérationnels mobilisables, ainsi que des problématiques spécifiques telles que celles des propriétaires occupants ont été particulièrement riches.
 
Du repérage à l’accompagnement des ménages les plus fragiles en passant par la lutte contre les marchands de sommeil, les facettes du traitement de l’habitat indigne sont multiples pour la puissance publique. Ce sont par ailleurs les maires qui se retrouvent en première ligne pour mener ce travail. Or, la grande majorité des communes sont de petites tailles, aussi leurs services techniques ne permettent pas toujours de mener à bien cette mission. C’est pourquoi les PDLHI ont pour vocation de rassembler en une seule et même structure les différents services de l’État, l’Agence régionale de santé, la CAF, la MSA, l’ADIL mais également des collectivités qui travaillent sur les différents aspects de la lutte contre l’ habitat indigne en les mettant en synergie. Le tout afin d’apporter une réponse adaptée à toutes les situations qui sont remontées aux PDLHI, et d’assister par des conseils techniques et juridiques les maires des communes les plus modestes.